AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Comme vous avez pu le constater beaucoup de première classe dans le titanic. Merci de privilégier les autres classes et l'autre navire (hors scénario évidemment). La première classe pour le titanic est donc BLOQUÉE Rappel: 3 scénario par personnes (pris ou pas) pas plus, avec un avatar qui peut être réservé les deux autres aux choix. Il faudrait également penser à commencer les rp's ce week-end. Bisous le staff

Partagez | 
 

 aux bonheurs des dames (alice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 14/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 23
♆ âge du personnage : trente quatre ans
♆ métier : un marin
♆ statut marital : célibatard

Un homme qui refuse de se battre
POUR CE QU'IL VEUT MERITE CE QU'IL A



MessageSujet: aux bonheurs des dames (alice)   Mer 17 Juin - 23:57

“ alice&william ♦ à votre service, love. „


Ne pleure plus ma mère,
Ton fils est matelot,
Ne pleure plus mon père,
Je vis au fil de l'eau,


Le murmure des vagues. Le cri des animaux marins, comme un doux chant mélodieux. Le fredonnement du vent qui se cognait contre le paquebot qu'on dit « insubmersible ». La tenue typiquement marin, que porter les membres de l'équipage. Le sentiment de liberté qui le submergea, comme un immense tremplin, le plongeant dans le bonheur. L'équipage du paquebot était son entourage, sa deuxième famille. Un nouvelle journée sous le commandant du Capitaine, qui ordonna de s'occuper de l’entretien, du ménagement des passagers, des « seconde classes ». Le jeune homme monta donc au deuxième étage, pour exécuter son commandement. Il salua un homme, un compagnon, qui se chargea également des seconde classes. Le garçon le prévenait que certaines femmes cherchaient à tromper leurs conjoints, avec un membre de l'équipage, ou même n'importe quel passager. William acquiesça, en fronçant le regard, sous le message de son compagnon. Il s'occupa de la première chambre, en la rangeant proprement, déposant un présent, une coutume que reprenait le paquebot. La deuxième quelqu'un répondit, il questionna poliment, aimablement, que pouvait-il leur apporter ? L'homme répliqua, que pour le moment, il ne voulait être aucunement dérangé.

Il enchaina, passa donc à la prochaine chambre, en frappant doucement, aucune réponse. La personne vaquait sûrement à ses préoccupations, William commença le rangement. Le bel homme fit convenablement, proprement le lit, en remettant quelques vêtements à leurs emplacements. Il déposa comme aux anciennes chambres, un présent, une rose rouge pour les femmes, une cravate pour les hommes. Lorsqu'il entendit à ce moment un bruit, il se retourna pour découvrir qui s'approchait. Là il découvrit une magnifique femme, vêtu d'une sublime robe blanche, avec des cheveux bouclés. Le portrait d'un bel ange, qui serait tomber du ciel beaucoup trop tôt. Ou qui aurait perdu simplement ses ailes pendant son long voyage. William en avait vu beaucoup de jeunes femmes, magnifiques, ressemblant à une « princesse ». Il en était tombé amoureux d'une femme, comme ça, qui le comptait comme amour de croisière uniquement. Le marin s'approcha courtoisement, pour pouvoir demander poliment, aimablement, comme chaque passager du paquebot.  

« Bonjour, mademoiselle. » saluait-il en s'inclinant poliment, « Que puis-je faire pour vous ? » questionnait-il, en attendant une quelconque réponse de la jeune femme.

Il avait qu'elle à s'occuper pour le moment, les précédentes chambres étaient soigneusement rangées. La deuxième rangée son ami s'en occupa comme le Capitaine avait ordonné, récemment. Il était sûr qu'il aura comme ça, un meilleur rendement. Les passagers profiteront pleinement du séjour, ayant quelqu'un à leur demande. Lui passait dans plusieurs postes, aujourd'hui, garçon de cabine, demain peut-être serveur pendant les repas, ou même peut-être même guider les prochains passagers sur le paquebot. William ne savait pas vraiment, il le découvrait quand on lui ordonnait un quelconque travail. Et par moment, il avait quelques jours de repos, ou il pouvait partager le séjour en compagnie des passagers, comme si c'était un homme riche, possédant beaucoup trop d'argent, mais c'était qu'une impression uniquement.
©clever love.

_________________

I CAN LIVE UNDERWATER
Aujourd'hui vivants, demain morts, que nous importe d'amasser ou de ménager, nous ne comptons que sur le jour que nous vivons et jamais sur celui que nous allons vivre. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 14/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 18
♆ âge du personnage : 33 ans
♆ métier : Femme au Foyer
♆ statut marital : Mariée à un homme mais n'est pas amoureuse de lui

MessageSujet: Re: aux bonheurs des dames (alice)   Dim 21 Juin - 15:59



Alice & WillI Just Want To Be Free

Le vent qui fouettait son visage lui amenant une douce odeur marine. Elle allait sur le pont regardant, admirant le soleil se coucher sur l'océan qui s'étendait à perte de vue, admirant les lueurs et les nuances de couleurs dans le ciel. Alice profitait de ce moment paisible, de ce calme, de cette sensation de liberté bercer son coeur meurtri, gravant ces moments dans sa mémoire pour mieux rêver le soir, la nuit ou même la journée. Seules le brouhaha et les mouettes gâchaient son rêve éveillé, son admiration de ce paysage à couper le souffle. Elle se sentait à sa place. Les brouhahas étaient forts. Titanic, le paquebot insubmersible semblait être à la mode. Alice voudrait rester là, dans ce monde merveilleux, maudissant le jour fatidique où elle devrait repartir sur terre, pour retrouver son mari. Il voulait se faire pardonner de ses actes abominables envers elle mais le pardon était tout comme l'espoir, quelque chose de subtile. A cause de lui, elle avait perdu espoir et un enfant, il avait perdu son pardon. Des sentiments dangereux quand on s'amusait avec. Ils étaient tout comme le feu, une fois celui-ci était éteint, il était presque impossible de le redémarrer. Alice n'avait voulu qu'un mari soit attentif et il le fut mais il avait fallu qu'il tue leur enfant pour l'être. Il allait payer cela dans ses regrets. Au souvenir de cette nuit tragique, Alice passa une main douce sur son ventre de nouveau plat, sans vie à l'intérieur. Cela lui manquait de ne plus sentir les coups du bébé en elle, de caresser son ventre en attendant avec impatience la venue de celui-ci, décorer une chambre. De sentir à nouveau ce sentiment merveilleux qu'est la maternité. Alice aurait prier tous les dieux, aurait donné sa vie et son âme en Enfer, juste pour voir le visage de son enfant , de le porter ou de le voir, rien qu'une minute. Une minute. Elle serait tuée juste pour le voir la regarder et lui sourire. Hélas, ceci n'était qu'un rêve éphémère. Son bébé, sa fille était morte et elle ne reviendra pas vers elle. La réalité la frappa durement. Jamais, Alice ne verra sa fille, ne la sentirait plus bouger en elle, ne la regarderait jamais grandir, dire ses premiers mots, voir faire ses premiers pas vers elle. Jamais, elle ne la verra sourire, rire, parler, chanter, s'amuser, courir dans les jardins, l'appeler " maman".  Il ne lui restait que dans ses souvenirs un petit être inerte , froid, ne respirant pas. Sa petite fille semblait dormir mais le fait qu'elle était bleue, disait autre chose. Elle était morte, Alice n'avait pas su tenir sa promesse envers sa fille.

Un lourd fardeau pour elle. Alice ne voulait pas partir, ne voulait pas aller vers cet homme, se jeter dans la gueule du loup. Les larmes lui montaient aux yeux et elle se dépêchait de rentrer dans sa cabine, vêtue d'une robe blanche aux nuances de pêche, coiffée d'un chignon, et maquillée simplement. La belle jeune femme rentrait dans sa cabine, laissant libre court à son chagrin, une larme venait perler sa joue. Lorsqu'elle te vit, elle l'essuyait et affichait un pauvre sourire. D'une démarche gracile, Alice venait marcher vers toi. Un bel homme. Mais elle était une femme mariée.

-Bonjour, déclara-t-elle doucement, d'une voix douce.

Ce qu'elle voulait ? Rester sur ce bateau, ne pas se jeter dans les bras de son mari violent qui avait tué son enfant à elle. C'était ce qu'elle voulait le plus au monde.

-Je  voudrais rester pour toujours sur ce bateau, monsieur, Répondit-elle avec un maigre sourire.

La belle Alice le regardait , s'approchant de lui, dans un bruissement de froufrou et de taffetas, de ce tissu cher qui l'empêchait de respirer convenablement. Au moins, ces robes de grossesse la laissaient respirer et même grossir convenablement. A cette pensée, Alice venait comme par instinct poser une main sur son ventre vide de toute vie. Un constat et une réalité qui la frappaient toujours aussi violemment à ses yeux.



©clever love.

_________________


Young & Beautiful
"Will you still love me when I'm no longer young and
beautiful" ~
Will you still love me when I got nothing but my aching soul. I know you will, I know you will.
©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 14/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 23
♆ âge du personnage : trente quatre ans
♆ métier : un marin
♆ statut marital : célibatard

Un homme qui refuse de se battre
POUR CE QU'IL VEUT MERITE CE QU'IL A



MessageSujet: Re: aux bonheurs des dames (alice)   Lun 22 Juin - 19:14

“ alice&william ♦ à votre service, love. „


Le magnifique femme, vêtu comme une princesse, charmait inévitablement le matelot. Lui qui commit irréparable erreur de tomber amoureux d'une femme de la croisière. Il ne pouvait pas tomber amoureux d'une seconde, au risque de servir uniquement d'amant. Une personne aussi séduisante, aussi charismatique, avait probablement quelqu'un, un homme, qui attendait quelque part dans un pays étranger. Will n'était pas amoureux, seulement l'apparence angélique, bienveillante de cette femme, le perturbait au point de douter sur ses sentiments, ou son bon changement. Le marin comptait devenir un homme, un grand capitaine, tout comme son paternel, reconnu, et beaucoup admiré, qu'il le prenait la plupart du temps comme modèle. La plupart, uniquement parce qu'après il replongeait dans son comportement, mesquin, mauvais, méprisant, envers ses compagnons, mais également son enfant. L'alcool était le responsable de son cauchemar, y compris la mort tragique de sa femme, la mère de William. Une raison qui le poussait à prendre le largue, en abandonnant son paternel pour pouvoir changer de paquebot et découvrir un nouvel horizon, sans avoir les travers d'un monde rempli d'obscurité et de désagréments.

La chambre terminait, il devait à présent exécuter la commande, d'une certaine cliente. Celle-ci pleurait apparemment, une larme s’aventura sur le visage de la femme. Qu'elle essaya soigneusement, pour camoufler le débordement de larmes récemment. Will fit semblant de ne rien remarquer pour ne pas se mêler des problèmes des passagers. On lui demandait seulement de s'en occuper, de les aider pendant le voyage. Et non de jouer les psychologues, même si à ce moment, l'envie lui prenait. Elle le salua poliment, en laissant passer un maigre sourire en répondant à sa demande. Le jeune homme fut surpris en apprenant que la passagère voulait simplement rester sur le paquebot pour toujours, aussi longtemps qu'il pourra voguer librement.

« Cela est à voir avec le Capitaine, Mademoiselle. » répondit-il à sa requête, en se doutant qu'il faudrait qu'elle paye un supplément pour voyager plus longtemps sur le paquebot.

Le regard vagabondait sur les mains de la femme, qui se posait sur le ventre comme si elle était enceinte. Le matelot se demandait pourquoi elle pleurait, si elle était vraiment elle attendait un heureux événement. A moins qu'au contraire, un accident provoqua le décès du bébé par un coup violent, ou beaucoup trop de préoccupations  . La jeune femme s'approcha de lui, entourait du bruit d'une imposante et magnifique robe. Lui pensait à un moyen de l'occuper, pour qu'elle pense uniquement au moment présent, au long voyage du paquebot qui ne comptait pas s'achever. Il pensa que peut-être un tour sur le navire, pourra aider à penser à autre chose qu'à quelque chose de douleur. Il lui tendit doucement le bras, avant de formuler sa requête pour la préoccuper pendant une demi-heure ou plus, selon le temps qu'elle voulait que Will s'occupe de son séjour.

« Que direz-vous pendant ce temps une balade sur le paquebot. Cela pourrait vous occupez l'esprit. » proposait-il, en guise d'engagement de service, mais aussi pour aider à oublier ce qui la peinait énormément. « Si Mademoiselle veut bien, bien entendu. » soulignait-il avec un magnifique sourire, rassurant et pleines de bonnes volontés.
©clever love.

_________________

I CAN LIVE UNDERWATER
Aujourd'hui vivants, demain morts, que nous importe d'amasser ou de ménager, nous ne comptons que sur le jour que nous vivons et jamais sur celui que nous allons vivre. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
is talking to you
you better listen




MessageSujet: Re: aux bonheurs des dames (alice)   

Revenir en haut Aller en bas
 

aux bonheurs des dames (alice)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Zola, Emile] Au bonheur des Dames
» Alice, Eo et bibliothéque de la jeunesse
» [Ciné...] Alice au Pays des... cauchemars !!!
» palet des dames
» The Paradise, "Au bonheur des dames" adapté par la BBC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TITANIC ♆ Let's make history :: The Atlantic Ocean :: RMS Carpathia :: 1st & 2nd classes :: Cabines-