AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Comme vous avez pu le constater beaucoup de première classe dans le titanic. Merci de privilégier les autres classes et l'autre navire (hors scénario évidemment). La première classe pour le titanic est donc BLOQUÉE Rappel: 3 scénario par personnes (pris ou pas) pas plus, avec un avatar qui peut être réservé les deux autres aux choix. Il faudrait également penser à commencer les rp's ce week-end. Bisous le staff

Partagez | 
 

 Faites tomber les masques !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Faites tomber les masques !   Mar 16 Juin - 12:11


Faites tomber les masques...
Red & Bella

Cela faisait 4 jours qu'ils voguaient en direction de NY, sur les eaux calmes de l'Atlantique. Bella passait la plupart de son temps à travailler, s'assurant du confort des premières classe, animant les soirées au club en passant sur scène et venait de se voir proposer quelques cours de danses de salon à donner à de jeunes filles de bonnes familles. Ravie, elle avait accepté, au moins quelque chose de son ancienne vie utile dans sa nouvelle. Elle passait également quelques heures à la bibliothèque, découvrant des ouvrages qu'elle n'avait encore jamais feuilleté, d'ailleurs la veille, elle n'avait rejoins sa cabine que très tard dans la nuit pour finir un livre racontant les aventures d'un trésor et de pirate. En parlant de cabine, son acolyte était devenu son attraction favorite, prenant un malin plaisir à jouer avec lui en le provoquant, le taquinant ou même parfois l'ignorant. Mais il le lui rendait bien, c'était devenu leur jeu à tout les deux et elle devait se rendre à l'évidence, elle trouvait ça plutôt sympathique finalement de cohabiter avec lui, même si parfois il lui tapait sur les nerfs avec sa fierté et ses odieuses manières mais elle le lui rendait bien, un équilibre s'était installé entre eux et c'était pas plus mal.

Une certaine frénésie se faisait sentir depuis la veille. Les discussions des gens de la première classe étaient toutes centrées sur le même sujet, la soirée SilverMoon qui allait se déroulée le soir même. Elle allait être le premier bal donné sur le navire, dans la grande salle de réception, uniquement réservé pour les passagers de la première classe.


Réception SilverMoon Black & White,
Masque et tenue de soirée exigée.
Première classe uniquement



Bella avait participé à quelques détails de la soirée, comme la distribution des invitations et celle des masques pour les passagers souhaitant y participer.

Le soir arrivé, elle finissait de se préparer dans la cabine, passant un dernier coup de brosse dans ses cheveux, les laissant tomber en cascade dans son dos et ses épaules nue. Elle avait reçu pour l'occasion, de la part du chef de service, une robe en mousseline blanche, d'un prix bien plus élevé que ce qu'une simple employée pouvait s'offrir, mais il semblait beaucoup apprécier la jeune femme et elle en profitait de temps en temps. Un simple bustier et un dos nu, laissant paraître sa chute de reins vertigineux, allait faire jaser tous les invités, mais elle allait chanter sur scène et même si ce genre de tenue dévoilait sans nul doute, un peu trop son corps, elle accepta immédiatement, trouvant que cette toilette lui allait parfaitement bien, la mettant en vameur et qu'importe ce que pouvait en penser les gens.

Au moment où elle monta pour rejoindre la salle de bal, elle réalisa qu'elle  avait oublié son masque dans la cabine. Mais quand elle entra, elle se retrouva nez à nez avec Jared. Durant un instant, elle eut l'impression qu'elle le dérangeait, le voyant la fixer droit dans les yeux, ne faisant aucune remarque sur sa tenue. Elle resta quelques secondes figée devant lui et tout doucement, s'excusant de lui passer devant pour attraper son loup blanc qui se trouvait sur son lit, elle quitta la cabine en gardant un instant encore son regard froncé dans le sien, puis jetant un coup d'oeil un peu partout dans la cabine, il y avait quelque chose de louche et elle le sentait, mais elle n'avait pas le temps à perdre à chercher ce qu'il clochait ou ce qu'il maniguancait, elle s'en occuperait plus tard. Montant quatre à quatre les marches qui menait à la salle de réception, elle entra alors dans la salle qui serait le berceau d'une soirée intime, élégante et pleines de surprises.

Au couché du soleil enfin, plusieurs invités avaient déjà passé la double porte vitrée pour découvrir leur lieu de soirée. Certains avaient pris place dans les fauteuils disposés un peu partout dans la salle, de'autres discutaient en petits groups debout, mais tous acceptant avec ravissement les coupes de champagne qu'on leur proposait. Tout était décoré par des voiles blanc et noir, dissimulant les murs de couleurs bordeaux et dorés qui ornaient d'habitude la salle. Les tables étaient nappée de blanc et une multitudes de mets étaient disposés dessus. Les serveurs, gantés, d'une élégance irréprochable,  circulaient entre les premiers invités, leur proposant quelques petits amuses-bouches ou boissons hors de prix. L'orchestre jouait un air doux et reposant, ce qui donnait une ambiance intime et chaleureuse.

Quelques heures plus tard, l'atmosphère avait bien changé. De nombreux couples occupaient la piste, tous masqués, les lieux avait dorénavant un air mystérieux, les rires étaient plus franc, on sentait que l'alcool avait commencé à faire son effet sur quelques invités. La grande baie vitrée avait été ouverte, suggerant à tout le monde, la vue imprenable sur l'océan. La lune au reflet argenté, laissait sur le velours noir de l'eau, un spectacle que tout le monde admirait et la lumière que les étoiles procurait par leur scintillement donnait en plus un aspect magique à cette soiree ce qui finissait de ravir les quelques invités venus s'aventurer sur le pont principale.



C'est bientôt à toi bella! Eliza avait passé sa tête de derrière le rideau qui bordait sa loge. Dans quelques minutes elle allait monter sur scène pour accompagner l'orchestre pour quelques morceaux de musique. Ajustant sa robe, passant sa langue sur ses lèvres pour faire briller son rouge à lèvre, elle gagna alors la scène. Tout d'abord peu de gens firent attention à son entrée, quelques regards se tournèrent tout de même vers elle et quelques clap de mains se firent entendre, mais quand elle commença à souffler quelques mots dans le micro, toutes les têtes masquées se tournèrent vers elle et il ne fallut pas plus de temps pour que la piste soit de nouveau occupée. Après quelques chansons, elle descendit de scène, passant entre les personnes, souriante, remerciant certains, ignorant les messes basse au sujet de sa robe qui faisait apparemment polémique, les épaules decouvertes et le dos nus vertigineux, choquaient la plupart des dames et ravissait au plus haut point Bella qui trouvait cette situation vraiment très amusante. Après quelques salutations elle se dirigea alors vers une table où étaient disposées quelques coupes et en attrapant une, allait la portée à sa bouche quand elle entendit derrière elle une voix familière.

css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  © Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Mar 16 Juin - 22:50

La mission d'infiltration semblait tout ce qu'il y avait de plus opérationnelle. Le monstre des mers avait entamé sa lente traversée jusqu'au continent Américain sans que Jared n'attire une seule fois l'attention, de par sa présence nouvelle au sein de l'équipage, puisque l'ingénieux blondinet avait prétexté remplacer son cousin- apparemment victime d'une soudaine dysenterie-, mais aussi parce qu'il avait su démontrer dans une certaine habilité déconcertante son savoir-faire et son expérience en matière de machineries. Le doute quant à la réelle raison de sa présence ici n'avait donc pas lieu d'être et le jeune homme avait prit toute la première journée de croisière pour se familiariser avec les lieux et, par la même occasion, en munir quelque-uns d'armes discrètes et silencieuses telles que des lames afin d'être opérationnel en toute éventualité. Une habitude qu'il avait toujours eu, et qui l'avait tirée de bien délicates situations pour qu'il n'en fasse pas l'une de ses principales règles.
Non que Red était réellement un homme à codes mais, il portait un intérêt tout particulier à agir dans une parfaite organisation, propre et efficace, afin qu'on ne puisse jamais remonter jusqu'à lui où son employeur et, après tout, c'était une des qualités qui avaient poussé Genovese à l'empêcher de commettre l'irréparable pour les mettre à l'oeuvre. Un talent exploitable qui incarnait tout ce qui restait à Jared. Des résultats performants, pour des raisons qui ne lui appartenaient pas.  

C'est peut-être la raison qui poussait Red à s'investir autant lors des responsabilités qui lui étaient incombé. Puisque lui n'avait plus aucun but que de quitter cette réalité fade et impitoyable, il rembourserait sa dette entièrement. Pour le reste, il n'y avait pas à cogiter plus. Il n'avait tout simplement plus aucune attache.
Cependant, le destin semblait s'ennuyer de cette monotonie dans le train de vie du sombre assassin puisque ce dernier devait bien admettre qu'il n'était pas totalement concentré à cent pour cent dans son objectif. En effet, la providence a sournoisement déposé sur sa route- et dans sa cabine, plus particulièrement- la silhouette forte envoûtante d'une jeune femme au caractère peu commun et qui, bien malgré lui, l'intriguait plus que de raison. Non que Jared se sentait menacé mais.. il était évident qu'il cohabitait avec un esprit malin qui n'avait dès lors pas finit de le surprendre et, Jared détestait les surprises. C'était tout bonnement inconciliable avec sa méthode de travail et ses habitudes. Mais c'était aussi terriblement grisant de savoir ce corps parfaitement dessiné et tout ce qu'il y avait de plus appétissant endormi juste au-dessus de sa tête puisque, Bella n'était pas seulement maline et franche, elle était aussi insidieuse et, elle le savait.

Si l'idée de l'attraper alors qu'elle sortait de la douche pour répondre à ses quelques tentations indirectes lui avait déjà traversé l'esprit, le blond s'était pourtant abstenu de lui offrir un quelconque signe sur les idées qu'elle créait chez lui, bien soulagé d'être capable d'une telle conduite professionnelle. Isabella ne devait en aucun interférer dans sa mission et, Red entendait bien camper ses positions sans aucune bavure qui soit, aussi frustrant soit-il car, si la jeune femme venait à s'intéresser à lui de trop prêt pour découvrir qu'il suit Barrow, elle pourrait bien menacer en tout point sa couverture et... Jared n'avait tout simplement pas envie de penser à ce qu'il serait forcé d'entreprendre pour mener à bien sa mission.
C'est pourquoi le jeune homme adoptait une attitude des plus détachée et naturelle. Consciencieux dans son objectif, comme dans le travail, en bas, pour lequel il était sensé faire acte de présence. Les machines et autres mécanismes à engrenages n'avaient plus eu de secrets pour lui depuis qu'il en avait tout apprit avec son formateur, à King's Lynn, et Red n'avait ainsi aucune difficulté à se fondre dans la masse comme le bon petit pion qu'il incarnait, tout en commençant à filer sa cible pour déterminer ses trajectoires récurrentes.

Le début d'une filature sans grande pression, puisqu'ils étaient confinés en public et que Red devait à tout prix éviter d'alarmer Barrow et son accompagnatrice. L'homme était forcé de stagner afin de ne pas trop s'afficher et, il fût bien satisfait d'entendre parler d'un bal huppé qui se profilerait dans le week-end à venir. La première occasion de cerner réellement le personnage qu'il devrait intimider en finesse, afin de pouvoir lui soutirer la somme réclamée par Genovese sans avoir à se salir les mains inutilement une nouvelle fois. Le tout était de réussir à s'infiltrer dans le rassemblement mondain sans se faire repérer et, justement, la chance ne semblait pas s'arrêter là puisque le thème laissait croire que tous les visage devaient être masqués et, sa délicieuse partenaire de chambre se trouvait détentrice des fameux billets d'invitation... Parfait. Ne lui restait plus qu'à se dénicher un costume chic et, Red pourrait enfin passer à l'action.
Aussi, le lendemain, il n'avait pas eu de difficulté à repérer un homme de première classe, et approximativement de sa stature, afin de commencer à organiser son plan tactique pour un déroulement discret et efficace des opérations. Le timing serrait serré mais, pas impossible. Jared avait déjà fait face à des situations plus complexes et, non sans une certaine fierté, il était même certain que cette soirée lui apporterait plus d'informations qu'espérées. C'est pourquoi il avait attendu patiemment qu'Isabella rentre se coucher, la veille de la soirée, pour lui dérober au dernier moment une invitation. La suite d'un plan des plus simple et amateur tant il était facile et, pourtant, Jared fût une nouvelle fois déstabilisé par la belle puisque cette dernière l'avait fait attendre une bonne partie de la nuit avant de se faufiler discrètement à travers la pénombre dans la cabine pour, enfin, envisager de dormir. Jared avait évidemment feinté d'être déjà plongé dans un sommeil calme et profond, pas le moins du monde gêné d'être allongé dans un simple pantalon de toile sombre sur son lit et, il n'avait évidemment rien manqué du nouveau déshabillé que la jolie blonde lui avait offert malgré elle avant de se faufiler dans quelque chose de plus décent pour se coucher. Très probablement des images qui lui manqueraient une fois sa mission terminée mais, il avait rapidement chassé ses constatations futiles de son esprit pour s'assurer qu'Isabella soit bien endormie. Ceci fait, Jared avait fait preuve de la plus grande discrétion pour venir fouiller dans les affaires personnelles de la jeune femme, s'assurant de temps à autre qu'elle dormait toujours, avant de tomber sur l'objet de sa convoitise- du moins, l'un d'entre eux-. Aussi silencieusement, le blond s'était empressé de dissimuler le billet sous son propre matelas, puis il s'était recouché dans la plus grande détente, certain que tout se passerait comme prévu dès l'aube et, non sans une certaine esquisse assurée.

A son réveil, Jared avait été des plus calme et distant. Il n'avait pas adressé un regard à la jolie blonde, dont il s'était visuellement délecté la veille à la lueur de la lune, pour simplement se préparer et faire comme s'il allait descendre aux machines pour une journée de travail. Détendu, et une fois la fin de journée entamée, il avait traversé les couloirs bondés au milieu du reste du petit-peuple pour finalement s'immiscer discrètement dans les passages supérieurs, afin d'attendre sa première proie.
L'homme se rendait deux fois dans l'après-midi au bar à cocktail mit à disposition pour les voyageurs et, justement, Red se trouvait à présent dissimulé dans l'un des débarras jouxtant la grande salle, totalement imperceptible dans l'ombre. Un premier couple passait, puis un maigre groupe de personnes âgées, avant que Jared n'aperçoive enfin l'homme à travers la commissure de la porte qu'il avait volontairement laissée ouverte de peu. Il avait déjà revêtit son costume sombre et le blond ne le quittait pas de ses yeux avisés lorsque ce dernier entrait dans la salle afin de se désaltérer. Vingt minutes. Red n'avait pas bougé d'un poil puis, sans que rien ne change dans son environnement visuel, il sortait doucement de la poche de son pantalon une petite fiole d'à peine la taille de son auriculaire pour la dévisser avec précaution, comme s'il préparait quelque chose à venir. Moins de trente secondes plus tard, sa cible apparaissait de nouveau et Red déversait rapidement le contenu translucide comme de l'eau sur un mouchoir en tissu pour sortir de la petite pièce et glisser sans un bruit derrière lui. Le couloir était désert, il fallait agir vite. Le blond n'avait donc pas attendu un pas de plus pour venir plaquer le mouchoir imbibé sur le nez et la bouche de l'homme tout en l'entravant par l'arrière. Ce dernier avait été surprit et avait entreprit de se débattre mais, la dose de chloroforme qu'il avait inhalé avait efficacement eut raison de lui et l'homme avait immédiatement succombé à l'inconscience. Tout aussi rapidement qu'il en était sorti, Jared avait traîné son corps jusqu'à la petite pièce pour le laisser choir là, à même le sol, avant de le dépouiller de son costume noir et impeccable pour le fourrer dans un vulgaire baluchon. Ceci fait, le blond était ressortis avec précaution en refermant de peu la porte avant d'avancer à pas feutrés jusqu'à l'entrée de la salle à cocktails pour en juger le monde qu'elle contenait. Peu, évidemment, pour ne pas citer les deux uniques consommateurs situé en fond de salle. La plupart devaient déjà être en train de se préparer pour le bal et, visiblement, le barman semblait se suffire pour ce service puisqu'il avait quitté l'arrière du bar munit d'un plateau pour se diriger vers ses uniques clients. Jared avait profité de cet instant pour pénétrer furtivement dans la salle en longeant le mur avant de s'accroupir derrière le grand bar circulaire pour juger des bouteilles qu'il contenait et, en moins de cinq secondes, avait fait son choix pour s'emparer de deux bouteilles de whisky. Rapidement, il avait débouchonné la première et, d'un rapide coup d'oeil par-dessus le comptoir, avait entreprit d'en déverser le contenu dans l'évier. Une opération lente et qu'il s'était efforcé d'écourter par de minutieux mouvements circulaire du poignet tout en s'assurant que le barman était toujours de dos. Une fois vide, Jared s'était empressé de repartir tout aussi silencieusement dans la petite pièce à encombrants pour s'y enfermer de nouveau avec l'homme en sous-vêtement, avant de venir s'accroupir à côté de lui. A nouveau, il avait ouvert la bouteille de whisky encore pleine mais, cette fois-ci, Red l'avait porté à ses lèvres pour en avaler deux longues gorgées tout en fixant l'homme inconscient, le visage des plus fermé et calme. Un petit coup de fouet au goût sec et prononcé auquel il n'avait simplement jamais pu résister puis, doucement, il avait penché la bouteille au-dessus de sa victime pour déverser un peu de ce même liquide sur sa bouche et son menton, afin de l'en asperger comme quelqu'un qui en aurait clairement abusé au point de ne plus trouver sa bouche. Red avait ensuite posé la bouteille vide et décapuchonnée au sol, juste à côté de l'homme endormi, avant de placer l'autre, à-moitié vidée, entre ses doigts. Une fois assuré qu'elle tenait bien, le blond avait jugé la scène d'un oeil attentif, hésitant un instant pour venir renverser au sol quelques bibelots entreposés sur un contenant, de façon à laisser penser que l'homme avait buté dessus avant de s'effondrer, ivre.
C'était ce que tout le monde penserait, le concerné y comprit. Le chloroforme ne se dissiperait pas avant quelques heures et, non sans lui infliger l'équivalant d'un coup de batte de baseball à l'arrière du crâne. La vue des bouteilles et l'odeur fort prenante du whisky s'échappant de sa bouche feraient seuls leur chemin de croix dans l'esprit du pauvre homme et, lui-même ne se poserait pas la question de savoir où il avait pu égarer son costume. Fin du spectacle.

C'est donc le coeur léger et l'esprit plutôt fièrement satisfait que Red avait rejoint sa cabine, baluchon sous le bras. Cette dernière était vide et le blond s'étonnait un instant de ne pas voir Isabella, sans plus y prêter d'attention tout de même satisfait d'être tranquille pour pouvoir se changer. Le bal allait ouvrir et il jetait le sac au pied de son lit avant d'entreprendre de se dévêtir lorsqu'il entendait la porte s'ouvrir à la volée dans son dos. Dans un mouvement rapide, l'homme faisait vote-face et il se stoppait alors net devant la vue qui s'offrait à lui et qui le fixait également de ses deux grandes prunelles azur.
Isabella avait fait irruption dans la chambre, visiblement aussi surprise de le voir, et Red sentit un instant son coeur se soulever d'une façon aussi agréable qu'elle était dérangeante. Il ignorait quelle en était la raison mais, la jolie blonde arborait en cet instant même une magnifique robe immaculée et épousant à la perfection sa silhouette qu'il se défendait alors intérieurement d'analyser. Elle était parfaite. Si bien que Red fût incapable d'ouvrir la bouche pour dire quoi que ce soit, totalement décontenancé par sa venue soudaine et évidemment, par la grâce mystique qui se dégageait de la jeune femme. Cette dernière s'excusait brièvement en lui passant devant pour récupérer un masque et le blond ne la quittait alors pas de ses yeux attentifs et calculateurs jusqu'à ce qu'elle quitte la cabine.
Une fois seul, Jared laissait s'échapper un lourd soupire, comme s'il avait retenu un moment sa respiration, tout en détachant son regard encore surprit de la porte pour le laisser glisser sur le baluchon. Décidément... cette femme n'avait pas idée des pulsions qu'elle créait et, le blond secouait alors doucement la tête dans une légère expression amusée en se disant qu'elle ignorait très probablement à quel point elle le frustrait. Quoi qu'il en soit, il aurait bien le temps de l'observer plus attentivement puisqu'apparemment,- et à la vue du masque qu'elle était venue récupérer-, Isabella entendait bien participer à la petite fête mondaine qu'il s'apprêtait d'infiltrer et, ce, non sans l'intriguer.

Jared avait alors rapidement enfilé le costume qui était pile ajusté à sa taille, avant de s'arrêter devant le miroir suspendu au-dessus du bureau pour scruter son reflet. Une apparence qu'il n'avait pas l'habitude de revêtir mais, il devait avouer que cette sobriété n'était pas déplaisante. Un coup de main dans les cheveux pour les plaquer le plus possible en arrière puis, le blond se détournait pour s'agenouiller devant son lit afin de plonger la main sous son matelas et en ressortir le billet d'invitation. Il le scrutait dans un certain sourire assuré en coin, puis se redressait en le glissant dans sa poche intérieure avant de s'exclamer doucement. Quelque chose s'y trouve déjà. Il lâche le billet et ses doigts saisissent alors l'objet inconnu qui semble dur et fin. Son esquisse s'accentue.

- Evidemment.

Red observe un instant le masque de tissu noir qu'il vient de sortir de sa poche, puis il se replace devant le miroir pour l'ajuster sur son visage, satisfait. L'effet y est. Impossible qu'on le reconnaisse. Du moins, pour quelqu'un qui n'aurait pas réellement prêté attention à son physique... Quoi qu'il en soit, le plan est plus que lancé et, maintenant qu'il est prêt, Red n'a plus qu'à se lancer.

La salle est évidemment bondée. Ils ne sont pas serrés mais, Red est déjà déconcerté par le nombre ahurissant de bourgeois en costumes et tous similairement masqués qui s'étendent devant lui. Barrow est ici. Il doit le repérer en priorité alors, toujours dans une attitude détendue et détachée, Jared entreprend de se mêler à la foule pour commencer à inspecter les groupes de personnes susceptibles de le dissimuler. Une tache plutôt minutieuse, et qui lui demande d'autant plus de concentration comme tous les visages autour sont masqués. Il serpente, écoute, observe, puis, après un bon quart d'heure, s'arrête près d'un buffet pour attraper un verre de mousseux qu'il boit d'une traite, sans se préoccuper de la tenue nonchalante qu'il dégage soudainement. A sa gauche, une vieille femme bien portante dans une longue robe de velours noire le lorgne avec attention derrière la dentelle qui recouvre sa peau pâle et ridée. Jared lui glisse lentement un regard de côté puis, déglutissant, esquisse un demi-sourire forcé avant de lui adresser un léger signe de son verre vide. Il le repose, et se détourne dans une légère expression crispée pour s'éloigner au plus vite de cette étrange femme lorsqu'il réalise subitement qu'il marche droit en direction de Barrow... Son visage se ferme. Red change furtivement de trajectoire pour venir s'arrêter dans son dos, comme s'il participait à la conversation qu'il vient de rejoindre.
Anthony échange quelques mondanités, aussi naturellement qu'il semble s'être fait à cette nouvelle petite vie de croisière et, le blond ne peut s'empêcher de rouler discrètement les yeux au ciel en l'entendant parler ainsi ci et là pendant de longues minutes. Il le suit en silence, passant de groupe en groupe en réalisant alors désespérément que sa cible est véritablement sans intérêt. Le parfait portrait du jeune fougueux qui se complet dans sa bien-aisance et à qui Red prend le plus souvent un malin plaisir à ramener sur terre. Mais pour l'heure, même s'il a vraisemblablement envie d'en finir rapidement avec cette mission, le blond ne peut se permettre de lui signifier sa présence et, c'est donc bien malgré lui que Jared s'exclame en se rendant compte que Barrow s'éloigne dans la foule. Il se déplace rapidement et l'assassin fixe dès lors ses yeux avisés sur sa cible en tentant de passer au travers du monde qui le sépare progressivement de lui. Il a beau tenter de se faufiler au mieux, Red n'est pas vraiment avantagé par sa carrure plutôt imposante qui le force à ralentir.

- Merde.., siffle-t-il entre ses dents.

Red plisse les yeux pour garder Barrow en vue mais, soudainement, une voix féminine dominant le brouhaha général retentit dans la salle par dessus quelques notes de musiques et, son attention est automatiquement attirée dans cette direction sans qu'il ne puisse l'ignorer. Il tourne la tête et, aussitôt, une certaine surprise se lit sur son visage alors que Red réalise qu'il s'agit de la voix d'Isabella. Il fronce un instant les sourcils, puis se reconcentre sur Barrow qui est désormais véritablement hors d'atteinte... Son regard glisse sur la jolie blonde sur la petite scène, puis à nouveau sur Anthony avant qu'il ne siffle doucement dans une expression contrariée.
Il s'en va. Barrow est en train de quitter la salle et, pourtant, Jared semble indécis quant à la suite qui est pourtant claire. Il scrute le jeune homme qui disparaît derrière un groupe puis, dans un soupire de capitulation, relève finalement ses yeux sur Isabella dans une mine pincée.

Encore une fois, elle l'aura bien eu. Alors qu'il pensait partager sa chambre avec une simple hôtesse d'accueil au caractère trempé, Red découvrait dans un certain intérêt non-dissimulé qu'elle était également une chanteuse hors-pair et, tout ce qu'il y avait de plus sexy en cet instant. Il déglutît. Tant pis pour la mission. Barrow ne s'échapperait pas, il ne soupçonnait d'ailleurs rien et, pour l'heure, Red avait surtout envie d'un bon verre pour calmer ses soudaines ardeurs.
Malgré tout, il l'avait écoutée jusqu'à la fin de sa prestation et, à présent, il ne pouvait nier qu'Isabella l'intriguait plus que de raison puisque le blond se surprenait déjà à suivre doucement ses pas alors qu'elle s'éloignait de la scène. Sa robe dévoilait avec brio son affriolante chute de reins et, Red ne se gênait dès lors pas de la considérer des pieds à la tête, non sans une certaine esquisse satisfaite face à sa démarche gracieuse. Pour sûr, elle n'avait pas été élevée dans la rustre nonchalance des rues et, l'idée qu'elle ne soupçonne alors pas quelle vermine dort juste sous son parfait fessier ne l'amusait qu'un peu plus.

Elle s'arrête soudainement à une table pour attraper une coupe et, Red affiche déjà une certaine esquisse retenue en coin alors qu'il vient se caler de dos contre la table, juste à côté d'elle. Il ne la regarde volontairement pas et se contente de croiser les bras sur son torse en scrutant la foule devant eux.

- J'ignorais qu'un tel talent dort au-dessus de ma tête tous les soirs. commence-t-il naturellement.

Il sait qu'elle le reconnaîtra aisément et, pourtant, Red ne sourcille pas, l'air toujours malicieux malgré l'air détendu et détaché qu'il veut faire paraître.

- Je me sens confus d'avoir été si rustre...

Tout en gardant un bras croisé, il tend une main de côté sur la table pour attraper à son tour une coupe qu'il porte lentement à ses lèvres, accentuant par la même occasion son malicieux sourire avant de se pencher doucement sur Isabella, toujours sans la regarder derrière son masque.

- .. Peut-être m'auriez-vous accordé une prestation privée ?

Evidemment, le blond n'eut aucun mal à se repasser intérieurement le petit numéro qu'elle lui avait fait lors de leur première rencontre mais, en bon gentleman, il s'abstient de lui confier les quelques souvenirs qu'elle lui a laissé et il se redresse doucement pour déposer le verre avant de faire un pas en se tournant pour lui faire face.
Il arbore toujours une expression mystérieuse mais non inquiétante, reprenant d'une voix claire et naturelle.

- Mais je ne me suis pas présenté, il colle un bras contre son torse en s'inclinant comme le veut la politesse, Première classe quelque chose.

Red accentue sa certaine esquisse malicieuse sans qu'elle soit réellement visible à quelqu'un d'autre que la jolie blonde, puis il plonge son regard sombre dans le sien tout en lui tendant une main.

- Je serais ravi de partager une danse avec vous, si vos admirateurs envieux me le permettent, évidemment. lui confie-t-il en lui désignant discrètement du regard un groupe d'homme derrière la table qui la lorgnaient clairement avec un intérêt non-dissimulé.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Mer 17 Juin - 9:21


Faites tomber les masques...
Red & Bella


Elle laissait sa voix envahir le par terre de spectateurs qui ne la quittaient plus des yeux depuis qu'elle avait entamer la chanson avec l'orchestre, laissant ses craintes et ses angoisses s'envoler. A la seconde où elle avait poser un pieds sur la scène deux jours auparavant pour faire un essai avec l'orchestre, elle s'était sentie comme transportée, libérée et avait réalisé le plaisir qu'elle avait de chanter. Ce soir elle se laissa de nouveau aller, s'abandonnant à ses émotions et faisant sentir dans chacun des mots qu'elle exprimait les émotions qu'elle ressentait elle-même et les yeux fermés, oubliant durant un instant qu'on était en train de l'écouter. Jusqu'à la dernière note elle avait savourer chaque instant sur la scène et avait déjà hâte d'y retourner plus tard dans la soirée. Mais pour le moment sa gorge réclamait quelque chose pour se désaltérer, rafraichir son corps qui était montée en température de par les sensations qu'elle ressentait en exprimant chacun des mots qu'elle laissait glisser à travers ses lèvres.

Après quelques sourires, quelques remerciements, elle arrivait près d'une des tables pour saisir une coupe de bulles. Les masques font vraiment tant différences, réalisant que la dame qui lui avait saisi la main pour la féliciter, était une des femmes qui l'avait tout simplement regarder de haut quand elle s'était rendue dans sa suite, pour voir si tout lui convenait à son arrivée et la voilà qui, quelques jours plus tard, la félicite sans se douter un seul instant qu'elle était la même personne. Elle saisit sa coupe, la laisse tourner entre ses doigts et avale une gorgée de ce liquide qui est d'une excellente qualité au passage, elle savoure ce moment.

A peine a-t-elle fini sa gorgée, qu'une voix familière lui fait retomber les pieds sur terre et lui faillit la faire s'étouffer. J'ignorais qu'un tel talent dormait au-dessus de ma tête tous les soirs. , elle releva la tête, fixa le voile que la brise extérieure faisait légèrement voleté. ... cette voix... non ... Elle sait parfaitement qui venait de lui parler, elle sourit, amusée, se mordille la lèvre sans la lâcher elle passe sa langue dessus, secoue la tête légèrement de gauche à droite et fixant toujours le voile, elle rétorqua jouant avec son verre entre ses doigts ... vous ignorez tellement de chose à mon sujet mon cher... elle risque un regard en coin vers cette voix maintenant familière. Elle découvre alors un Jared plus qu'élégamment vêtu. En costume bleu marine, parfaitement bien coupé, mettant clairement, et sa silhouette, et ses yeux océan en valeur, elle ne peut réprimer un petit sourire en appréciant ce qu'elle voit et laisse fusé entre ses lèvres un petit charmant discrètement murmuré, qu'il aurait été étonnant, qu'il ai pu entendre. Je me sens confus d'avoir été si rustre... Elle se recule légèrement pour qu'il puisse saisir une coupe et relève son regard vers lui, mais lui l'évite, .. Peut-être m'auriez-vous accordé une prestation privée ? elle laisse échapper un petit éclat de rire, laissant aller sa tête légèrement en arrière et se penche à son tour vers lui et lui murmure Peut être effectivement... même si je crois que niveau prestations privées, vous avez  pu en observer bien plus que la plupart des autres passagers de ce navire...   et esquissant un sourire elle s'approche encore plus qu'elle était déjà et ajoute ... et je ne parle pas uniquement du premier jour de notre rencontre, bien entendu ... elle se redresse et fini d'un trait son verre, essayant de temporiser son cœur qui bat bien trop fort, car entre la scène qui lui a provoquer des émotions plus qu'intense et lui qui débarque à cette soirée, masqué, mystérieusement élégant. Elle pose son verre et se retourne enfin dos à la table, non sans jeter d'autres coup d'oeil vers lui. Il choisit alors ce moment pour venir se planter devant elle, s'inclinant en arborant un sourire malicieux, son masque faisant ressortir encore plus le bleu de ces yeux qu'elle a du mal à éviter de fixer et à la fois elle ne peut s'empêcher de se rendre à l'évidence que le fait de porter un tel vêtement lui va bien, lui qui d'habitude, ne porte qu'un simple marcel, un jean et ne peut passer une journée sans avoir le visage couvert de suie ou d'huile de moteur, ce qui, n'en doutez pas, et loin de lui déplaire, ses yeux le remercie intérieurement à chaque fois qu'il entre dans la cabine ainsi. Mais elle doit avouer qu'un peu pomponner, il est absolument craquant et séduisant. Ses mains jointes ensemble, elle essaye de rester le plus impassible possible lorsqu'il se présente, tel un inconnu Première classe quelque chose. elle ne peut échapper un petit rire amusé et baisse les yeux, la première fois depuis qu'elle le connait, mais le remonte immédiatement pour se retrouver de nouveau perdu dans les siens. Elle le regarde soudain tendre la main vers elle pour l'inviter à danser, Je serais ravi de partager une danse avec vous, si vos admirateurs envieux me le permettent, évidemment. elle est surprise et d'un ton taquin ne peut s'empêcher de lui répliquer j'ignorais que vous saviez... danser? elle hésite à lui tendre la main, cependant et ajoute en réponse à sa remarque sur les admirateurs ...ne vous en faites pas pour eux, la soirée est loin d'être terminée ... leur tour viendra à moins que ... elle lui glisse enfin sa main dans la sienne, ne le quittant toujours pas des yeux, elle se rapproche doucement, dangereusement de lui, ignorant les regards des gens qui commencent à  les observer et lui demande d'une voix inhabituellement douce ... et le premier classe quelque chose, aurait il un .... petit nom ? sa main glissée dans l'une de ses mains, elle glisse alors l'autre de son cou à derrière sa nuque, avec douceur en effleurant de son pouce son oreilleSi vous savez danser aussi bien que êtes élégant, sachez Monsieur que ... et elle se colle un peu à lui pour lui murmurer à l'oreille ... je serais ravie de vous refaire une séance privée, surtout si la danse n'est pas votre seul ... qualité.

Elle le suit alors sur la piste, frissonnant lorsque sa main se glisse en bas de ses reins, elle détourne alors le regard et lui demande alors pour essayer de ne pas lui laisser paraître Je serais bien curieuse de savoir comment vous avez bien pu vous incruster à cette soirée? Et surtout où vous avez pu vous procurer ce costume qui vous ... et elle baisse son regard en le détaillant sans aucune discrétion  ... va plus que bien... déclare t elle arquant un sourcil et un sourire en coin

css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  © Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Mer 17 Juin - 20:56

L'effet de surprise était plutôt réussi. Isabella avait beau l'avoir immédiatement reconnu, Red était agréablement soulagé que la belle ne s'en étonne pas plus pour finalement paraître quelque peu amusée. Alors qu'une toute autre personne aurait probablement été sceptique, il fût satisfait de constater que la jeune femme se divertirait plutôt bien de sa présence et, les coups d’œils attentifs qu'elle lui lançait ne le confortaient qu'un peu plus dans l'idée qu'il avait bien fait de s'incruster ici ce soir.
Si la véritable raison de sa venue au bal était totalement différente de celle qui l'avait poussé à venir interpeller Isabella, cette dernière n'échappait cependant pas à la jolie blonde qui ne manquait pas de le lui faire subtilement remarquer. Il avait poliment sourit. Alors, elle savait qu'il la scrutait attentivement chaque fois qu'elle lui en donnait l'occasion, malgré elle. Amusant. C'était probablement ce qui l'avait décidé à venir se planter devant elle pour l'inviter à parler plus intimement. Ou bien simplement l'envie dissimulée de se rappeler réellement d'un toucher l'agréable efficacité de sa fine taille. Qu'importe, puisque sa compagne de cabine le contentait d'un malicieux sourire à son tour avant de glisser sa main dans la sienne, non sans taire l'idée qu'il pourrait peut-être assez l'enchanter pour lui suffire. Une bonté comparable à un fléau.
Il maintient cependant cet air à la fois ravit et détaché tandis qu'elle insiste en bonne joueuse pour connaître son "nom". Evidemment, Isabella le connaît très bien. Elle est même probablement la seule sur ce bateau et, alors qu'elle est toute proche, Red ne détourne pas un instant le regard tandis qu'elle vient glisser ses doigts fins sur sa nuque, préférant répondre sur un léger et faux ton de reproche pour dissimuler le frémissement qu'il réprime.

- Quelle serait l'utilité d'un bal masqué si vous connaissez mon identité ?

Un regard entendu et, pourtant, Jared ne peut que soudainement se crisper en la sentant venir se coller subtilement contre lui pour murmurer des propos que la belle ne devrait pas prendre avec tant de légèreté. Si elle s'intéressait à ses capacités physiques, le blond lui ne doutait pas un instant qu'il la surprenne également à ce petit jeu et, c'est pourquoi il restait volontairement silencieux à ses sous-entendus, la contentant d'une malicieuse et discrète esquisse dans un regard agréablement intrigué et convaincu avant de l'attirer de quelques pas sur le début de piste.
Sa main libre et expérimentée venait habilement se poser sur sa taille, assez en retrait pour que ses doigts soient en contacte avec la peau douce de sa cambrure raffinée et, Red ne perd pas ce certain petit sourire amusé lorsqu'il discerne soudainement une fuite dans le regard pétillant de la jolie blonde. Il est à présent presque convaincu qu'il en est la cause puisqu'Isabella semble tenter de meubler la situation en s'intéressant aux raisons de sa venue ici dans un costume qui, visiblement, ne la laisse pas indifférente.
Il sourit doucement.

- Et moi qui pensais que vous me trouviez odieux...

Evidemment, il lui rappelait là les propres mots qu'elle avait tenu à son égard alors qu'ils échangeaient leurs premières hostilités. Red avait vite cerné que sa compagne de fortune n''appartenait pas à ce genre de femmes qu'il avait pu côtoyer sans réel intérêt à King's Lynn, et qui s'émoustillaient au moindre battement de cil. Non. Isabella était d'un tout autre genre. Rayonnante et aspirant avec hargne à une certaine liberté totale qui, il devait bien l'avouer, changeait grandement du dogme de dépendance dans lequel ses semblables à corsages oppressants se complaisaient. Elle ne cherchait pas à trouver l'élément conducteur de sa vie. Elle était ce moteur et, c'était principalement ce qui la démarquait de toutes les autres ce soir. En plus de son indéniable charme, naturellement. Jared ne pouvait contester le fait que, de toute cette soirée, elle avait bien été la seule à attirer son regard et le blond fût alors quelque peu amusé- autant qu'intrigué du moins- de réaliser que c'était lui qu'on jalousait de furtifs regards envieux depuis qu'il l'avait accostée. Si Red s'était infiltré au bal pour ne pas lâcher son objectif de vue, Isabella, elle, semblait être devenue la cible de bien plus de prédateurs qu'escomptés...
C'est pourquoi le blond adoptait soudainement une attitude plus sûre encore, ne se gênant pas pour souligner une certaine fierté à la savoir accrochée à son cou à lui, et non un autre. Il balaie furtivement de ses yeux avisés l'assistance masquée et enivrée autour d'eux puis, sans prévenir, donne un appui ferme de sa main sur le bas du dos de la jolie blonde pour la faire totalement se coller contre lui tandis qu'il vient parler calmement à son oreille d'une voix basse, et qu'il se veut quelque peu envoûtante.

- Mais pour tout vous dire, il se trouve que l'un de ces fiers conformistes à malencontreusement croisé ma route alors que je cherchais à mettre la main sur un costume décent..., sa main habile vient appuyer un peu plus sur le bas de son dos tandis qu'il tourne très légèrement son visage pour réellement parler à son oreille, ..j'aurais vraiment été déçu de vous manquer dans une telle tenue.

Déjà, son esquisse amusée revient au coin de ses lèvres et Jared se redresse quelque peu pour la regarder de nouveau sans la détacher de lui. Une certaine espièglerie se reflète clairement dans son regard, mais le jeune homme garde une attitude détendue et assurée tandis qu'il laisse leurs pas les guider lentement au gré des notes de musique étouffées.
Il reprend d'une voix naturelle.

- Du moins, c'est ce que bon nombre de ces hommes vous auraient probablement dit pour s'assurer de vous garder jusqu'à l'aube. il feinte un sourire calme. Pour ma part, j'ai simplement profité de la bonté d'une connaissance de première classe qui se trouvait justement indisposé.

Classique, mais efficace. Isabella ne soupçonnerait sûrement pas qu'il ait réellement pu porter atteinte à un innocent par simple plaisir de venir la voir chanter et, lui, avait finalement été sincère. Dans un sens. Celui de Red, évidemment.
Quoi qu'il en soit, maintenant que la jolie blonde avait réellement toute son attention- et la bonne-, Jared se surprenait à penser qu'il se laisserait bien tenter à la chercher encore un peu avant de rentrer à la cabine pour une nouvelle nuit monotone aussi, il la quittait doucement des yeux pour scruter d'un oeilà la fois malicieux et détaché leur environnement, comme si la situation était réellement naturelle.

- J'espère que mes talents de danseur sont à la hauteur de vos espérances ? Je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps...




_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Jeu 18 Juin - 10:16


Faites tomber les masques...
Red & Bella


Il tendait la main pour l'inviter à danser, son regard ne la quittait pas une seconde et elle n'avait pas l'intention de lâcher le sien. Déposant délicatement sa main dans la sienne quand elle accepta son invitation , elle passa son autre main contre sa nuque remontant pouce pour lui caresser lentement le creux s'y trouvant, elle ne résista pas à jouer avec une mèche de ses cheveux, les yeux pétillant en souriant malicieusement . Elle se rapprocha de lui, bien plus qu'une dame de son rang le devrait, se laissant guider. Oui, elle se fichait bien des autres hommes qui les regardaient alors qu'il la menait doucement vers la piste, ce genre d'hommes elle en avait déjà connu : vide, ennuyeux et tellement prévisible. Jared, était imprévisiblement mystérieux et cela la rendait irrésistiblement attiré par lui, même si elle passait son temps à l'envoyer balader à la moindre occasion.  - Quelle serait l'utilité d'un bal masqué si vous connaissez mon identité ?

Oui, Jared, car c'était comme cela qu'il se faisait appeler. Un prénom qu'il lui avait confié le lendemain de leur rencontre, alors qu'il était debout, en train de changer de tee shirt sous le regard indiscret de sa jolie voisine de lit, accoudée dans son lit, n'en ratant pas une miette, le drap la couvrant à peine à cause de la chaleur de la petitesse de la cabine, il le lui avait glissé dans un phrase, l'air de rien et elle se l'était répétée intérieurement pour ensuite faire mine de retourner dormir en lui rétorquant qu'il pourrait faire moins de bruit pendant qu'il se prépare.

Elle lui sourit, acquiesça de la tête ... oui vous avez tout à fait raison, qu'elle en serait l'utilité... ce masque donne entre autre un côté mystérieux et une liberté d'agir sans se soucier des conséquences... alors ne nous nommons pas, simulons donc notre savoir et agissons comme deux parfaits inconnus.. libre d’agir à notre guise... Il laisse passe alors sa main contre la sa taille, la rapprochant davantage de lui, ses doigts lui effleurent le bas du dos, lui procurant un frisson partant du bas des reins jusqu'au creux de la nuque. Rare sont les hommes qui peuvent se vanter de l'avoir toucher à cet endroit mais aucun ne l'avaient fait ressentir une telle sensation. Il le voit, constate et déclare un sourire aux lèvres - Et moi qui pensais que vous me trouviez odieux... , elle lui adresse une petite moue boudeuse ... et dieu sait que vous l'êtes pourtant... Elle laisse échapper un petit rire amusé puis elle réalise par ses mots le sous entendus qu'ils signifient et pourtant, elle reste calme, un peu gênée bien sûre, mais le masque lui ôte le peu d'inhibition qu'elle possède encore, permettant des commentaires que démasquée elle ne se serait pas permise de lui adresser. Elle suit son regard qui scrute les gens autour d'eux, elle doit se rendre à l'évidence, il sait danser et plus que bien et alors qu'elle ne s'y attend pas, il la colle totalement contre lui, leur visage ne se trouvant maintenant si près qu'un simple coup de reins et leur lèvres pourraient se toucher. Elle aurait pu détourner la tête, signifiant sa gêne, faisant taire les mots qui peu à peu sont échanger autour deux, leur promiscuité est scandaleuse et elle adore ça, aucun des hommes de l'assemblée l'aurait mener ainsi, il s'approche alors de son oreille et lui glisse doucement Mais pour tout vous dire, il se trouve que l'un de ces fiers conformistes à malencontreusement croisé ma route alors que je cherchais à mettre la main sur un costume décent...Elle est perplexe et sourit, de l'humour ? Puis détaillant ses yeux en souriant elle chuchote alors à son oreille Remercier alors cet homme de ma part quand vous le reverrez ... car il faut bien avouer que vous portez le costume qui ferait pâlir bien des hommes ... croyez moi. Elle sent sa main qui danse dans le bas de son dos, elle se mord la lèvre, ferme les yeux un instant, la tête détournée, il ne peut voir l'effet qu'il lui cause, mais sa bouche se rapproche alors dangereusement de son oreille tant bien qu'elle sent sa respiration qui l'effleure, lui coupant le souffle et lui faisant brièvement trembler la bouche. Elle doit se contrôler, un masque n'est pas non plus une excuse pour se laisser totalement aller, mais il faut bien avouer qu'elle n'a pas vraiment imperméable à sa manière de la tenir ...j'aurais vraiment été déçu de vous manquer dans une telle tenue. , elle sourit, appréciant le compliment et glissant soudain son bras dans son dos, elle lui murmure de nouveau ... je regrette que vous n'ayez pas été là pour m'aider à me glisser dedans d'ailleurs... Dissimulée derrière un masque, il est si facile de laisser les mots être avoués, être divulgués sans gêne ou timidité.  ... j'aurais eu tant de plaisir que vos yeux aient été les premiers à se déposer sur cette toilette prévue pour cette soirée. Elle le laisse la guider, en rythme, sa main toujours la maintenant contre lui avec une fermeté rassurante et tellement plaisante, ses doigts jouant dans son dos, dessinant tantôt des symboles imaginaires, tantôt remontant le long de sa nuque. Elle fait abstraction de ce qui les entoure, ignorant chacun des regards qui les détails, chaque parole qui les concerneraient, elle le laisse la mener à sa guise. Puis il ajoute que son agréable prêteur aurait été dans l'incapacité de profité de la soirée, d'où la raison de son prêt à son intention. Elle hésite, ses mots lui paraissent ajouter pour rassurer sa compagne de ballet. Un froncement de sourcil et pourtant elle ne relève pas, ne cherche pas à en savoir plus, sa curiosité sera un moment ou un autre soulager, elle n'oublie rien, cherche uniquement le bon moment pour savoir et le moment n'est pas encore arrivé, pas ce soir, pas maintenant. Maintenant elle pense à autre chose.... Il est bien regrettable que ce prêteur n'ai pu se joindre alors à nous, j'aurais été ravie de le remercier de la bonté avec laquelle il vous a prêter votre tenue de la soirée... et m'a permis d'échapper à une soirée morne et remplie d'ennuis déclare t elle d'un ton ironique, lui faisant comprendre implicitement qu'elle doute de la véracité de ses propos. Elle glisse alors son index dans le col de sa chemise, lui caressant encore plus que sa nuque, le champagne et le masque effaçant toutes inhibitions qu'elle aurait pu avoir même si la pudeur n'est pas tellement un élément marquant de sa personnalité pour ne pas dire ... inexistant. Elle se cambre et frémis sous sa main qui la maintient contre lui, sa respiration a depuis le début de son contact, perdu sa maitrise, mais qu'importe tout comme les jasements qui montent peu à peu autour d'eux. Sa bouche dessine de nouveau la ruse de sa personne, particularité de ce qui l'intrigue et l'attire irrésistiblement en plus de sa rudesse physique et de son franc parler J'espère que mes talents de danseur sont à la hauteur de vos espérances ? Je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps... , elle secoue légèrement la tête de droite à gauche et réponds simplement Otez vous donc cette idée de votre tête, vous pouvez vous vanter de ne pas m'avoir une seule fois marcher sur les pieds, ce qui je puis vous assurez, est un exploit comparer à la plupart des hommes avec qui j'ai pu danser depuis le début de la soirée et puis ... elle se mordille la lèvre et glissant sa main dans sa douce chevelure blonde, elle approche sa bouche de son oreille, l'effleurant de sa langue si prestement qu'il pourrait douter qu'elle l'ai réellement fait et lui murmure ... je dois bien avouer que ... et elle hésite, recule un peu son visage de lui, mais revient pourtant et ajoute ... j'apprécie plus que je devrais votre compagnie... elle sait parfaitement ce qu'elle vient de dire, consciente de l'impact que cela va causer, mais elle s'en fiche et soudain elle lui déclare d'un ton amusé Je m'ennuie.... à ce moment là, ils se trouvent près d'une porte qui donne dans un des nombreux couloirs du bateau. Elle se colle dos à elle, lui lance un regard des plus explicite et d'une main l'ouvre et s'y engouffre, non sans attraper une bouteille qui se trouvait sur une table au passage, et d'un ton de défis lui lance en lui adressant un clin d'oeil ... et bien alors qu'est ce que vous attendez? Prenez la votre, on en aura pas trop de deux , elle disparait alors de son champs de vision, elle patiente, collé au mur portant à sa bouche le goulot de la bouteille, elle avale une gorgée et éclate de rire, le détaillant des pieds à la tête, tenant de son autre main sa robe pour ne pas se prendre les pieds dedans et ne le quitte pas des yeux, mais ne dit plus un mot et lui demande de la rejoindre d'un signe de l'index de la main tenant la bouteille. Mais alors qu'il se dirige vers elle, elle recule et se retrouve de nouveau collée à une autre porte, mais celle d'une des suites cette fois ci. Elle le regarde avancer vers elle, sentant la bretelle de sa robe glisser le long de son épaule, ça lui est égale, elle boit encore une gorgée, ses yeux toujours dans les siens et lui lance alors d'une voix des plus féline qui soit  ... et si on se trouvait un petit coin tranquille pour voir si vous exceller ailleurs que dans le domaine de la danse ... elle glisse alors sa main libre dans une petite poche de sa robe et en sort une clé avec un ruban de satin blanc et lui agite devant les yeux avant de lui tourner le dos et de l'introduire dans la serrure de la porte.

css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  © Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Ven 19 Juin - 0:11

Cette fois, Jared ne doute plus une seconde du pouvoir attractif qui se dégage de la jeune femme lorsque cette dernière laisse sous-entendre qu'en ces conditions, ils sont totalement libres d'agir comme bon leur semble. Elle ne s'accroche pas fermement à ses bonnes convenances, bien au contraire et, le fait qu'elle rentre malicieusement dans son jeu innocent n'a d'autre effet que de corrompre un peu plus le blond. Il sait qu'il a déjà commencé à enfreindre l'une de ses règles dès l'instant où il avait prit la décision- réfléchie ou pas- d'aller lui parler. Sa mission était vraisemblablement remplie, mais... Red savait également qu'il aurait pu pousser la filature pour tenter un premier contact fortuit avec Barrow et, comme le reste de l'assistance, il avait simplement été distrait par l'apparition soudaine, mais non-moins agréable, d'Isabella. Evidemment, la faute lui incombait seul puisque, c'était bien sciemment que l'assassin avait préféré se laisser enivrer par la voix cristalline de sa compagne de cabine, plutôt que de se ressaisir pour se reconcentrer dans son objectif. Pouvait-on réellement le blâmer pour cet écart ? Sûrement pas. Le jeune homme avait passé ces dix dernières années à sacrifier sa propre personne au profit de la dette qu'il avait a remplir et, maintenant qu'il tenait cette envoûtante sirène entre ses mains, Red réalisait subtilement que cette sensation de légèreté le troublait plus qu'il ne voulait bien l'admettre.
A un point qu'il se force un léger sourire, dissimulant sa soudaine gêne lorsqu'Isabella mentionne la gentillesse de celui qui lui avait si gracieusement prêté ce costume. Si elle apprenait que Red s'en était prit à un homme pour le lui dérober avant de le laisser à moitié-nu et inconscient dans un placard, nul doute que la belle s'enfuirait sans plus un seul de ses malicieux regards ardents et, cette simple idée le grise assez pour qu'il ne se prononce pas. De toute évidence, il chasse bien vite ces constatations de son esprit à l'instant même où elle lui confie sa déception qu'il n'ait pu être là pour l'aider à enfiler sa robe... Il frémit sans même croiser ses yeux malicieux. Red se revoit remonter lentement la fermeture éclaire dans le dos finement cambré d'Isabella, quelques jours auparavant et, l'idée qu'elle l'ai espéré à ses côtés pour qu'il soit le premier à être séduit de son apparition lui fait soudainement réprimer une vague de chaleur malgré lui. Il expire plus fortement dans une esquisse plus nerveuse qu'elle n'était assurée et se met à regarder évasivement la foule autour pour occuper son regard. Il le trahirait, c'était certain. Red le sait parce qu'il est déjà totalement conquis par la douceur de sa peau sous ses doigts et, la sensation des siens, glissant lentement le long de sa nuque, ne l'aide vraisemblablement pas à garder une attitude détachée. Elle parle de la morosité de la soirée mais, Jared, lui, ne peut s'ôter de l'esprit que la sienne est en train de prendre un degré qui n'est pas pour lui déplaire, loin de là. Il n'avait pas été jusqu'à espérer qu'elle pose réellement ses yeux sur lui mais, puisque son petit numéro d'infiltration portait plus que ses fruits... brisait-il vraiment une règle ?

Cette question vole en un million d'éclats à l'instant même où la main d'Isabella passe dans ses cheveux tandis qu'elle approche dans une sensuelle audace de son oreille. Il se raidit en croyant presque sentir ses lèvres sur sa peau et, instinctivement, sa deuxième main glisse le long de sa fine taille pour rejoindre l'autre afin d'en intensifier le contact.
Red se garde bien de l'imaginer nue contre lui, ce n'est clairement pas le moment aux vues des regards insidieux qui leurs sont jetés et, de toute manière, la jolie blonde se charge parfaitement seule de l'attiser en venant lui confier le certain et nouvel intérêt qu'elle semble lui porter... Le ton est définitivement posé et Red n'esquisse plus aucun sourire assuré.
Il inspire une fois profondément, l'esprit soudainement embrouillé par les quelques visions charnelles qu'elle vient de lui insuffler mais, avant même qu'il n'ait le temps de réagir, Isabella soupire déjà son soudain ennui en se détachant de lui. Le blond sent son coeur avoir un raté, décontenancé, et il lui faut une seconde pour se ressaisir avant qu'il ne plisse doucement les yeux en la suivant de ces derniers. Il n'est pas grisé mais, intrigué. La jolie blonde l'invite clairement à la suivre d'un regard entendu alors qu'elle ouvre une porte et, une agréable surprise vient doucement se dessiner sur le visage de Jared qui ne peut s'empêcher un rapide coup d'oeil derrière lui- non sans une nouvelle esquisse en coin-, comme un réflexe professionnel. Elle l'encourage à s'emparer d'une bouteille avant de disparaître furtivement et Red se mord légèrement la lèvre inférieure sans attendre une seconde de plus.
D'un regard avisé, il balaie brièvement la foule en se détournant pour faire quelques pas en marche arrière et, sans s'arrêter, tend une main sur la table qu'il longe pour attraper au bon moment la bouteille de whisky qui ne lui avait pas échappé. Sa main libre bute contre la porte qu'Isabella vient d'emprunter et il la pousse de peu pour se glisser à son tour à l'extérieur en prenant soin de la refermer sans un bruit.

- Vous ne semblez pas novice en matière d'évasion..., lui fait-il remarquer dans un léger sourire amusé alors qu'il glisse de nouveau ses yeux sombres sur elle.

Isabella laisse s'échapper un éclat de rire qui ne le laisse clairement pas indifférent puis, il avance doucement pour la suivre au même rythme lorsqu'elle le sollicite d'un geste explicite de la main. Un léger et discret sourire espiègle s'installe au coin de ses lèvres, puis la belle s'arrête soudainement contre une porte sans paraître plus embêtée, bien au contraire... Il se stoppe devant elle, toujours une infime curiosité dans le regard, et ses yeux se plissent très légèrement sur la clé qu'elle agite à présent sous son nez. Pour une surprise... elle l'épate une fois de plus et, en toute beauté. Sa voix tentatrice le fait frémir mais, avant même qu'il n'en réalise le sens, Isabella lui tourne prestement le dos pour déverrouiller la porte. Le fait qu'elle lâche soudainement son emprise visuelle créé d'ors-et-déjà un manque chez Red et, ce dernier a à peine fait un pas qu'il se trouve tout contre sa fine silhouette, sa main tenant la bouteille venant subtilement se glisser sur son ventre tandis que l'autre venait l'empêcher d'ouvrir la porte à la volée en se posant sur la sienne.

- .. Mais je pourrais encore améliorer votre technique d'intrusion. lui murmure-t-il à l'oreille en se penchant sur sa nuque. Si vous permettez..

Red fait de nouveau glisser sa main sur son ventre jusque dans son dos en même temps qu'il s'immisce entre elle et la porte d'un pas de côté, de façon à plonger une fois encore son regard espiègle dans ses beaux yeux bleus sans que sa silhouette ne lui échappe. Il lui offre une esquisse désinvolte en coin, assurée sans être insolente, tandis qu'il abaisse lentement la poignée pour faire durer l'instant. Doucement, il la quitte des yeux sans perdre cette certaine expression calme et malicieuse pour pousser de peu la porte dans son dos et juger la pénombre par la petite ouverture. Pas de lumière. Il agrandit son champ de vision en la poussant encore légèrement de l'épaule puis, dans un dernier et furtif regard avisé, entraîne la jeune femme avec lui dans la cabine en les faisant pivoter d'un pas à l'intérieur.

La pièce est totalement plongée dans la pénombre de la nuit et, Jared a volontairement bloqué sa jolie partenaire de soirée contre la porte pour la refermer. Son bras est toujours glissé au bas de son dos et le blond se permet une légère et presque imperceptible pression afin que leur corps entrent en contacte sans réellement s'appuyer. Le silence calme laisse percevoir la respiration profonde de l'homme et, pourtant, il n'a aucune envie d'agir comme tel. D'ordinaire, Red sait qu'ils n'auraient pas atteint le seuil de la porte avant que ce dernier ne cède une fois de plus à sa fougue impulsive mais.. Isabella n'attisait pas ce genre de pulsions chez lui. Non. C'était bien différent, et plus délectable encore, là qu'il pouvait presque la sentir frémir entre ses doigts.
Malgré l'obscurité, il ne peut pas s'empêcher de chercher son regard et, sa main libre vient glisser lentement le long du bras de la jolie blonde pour venir saisir la bouteille qu'elle tient. Son visage est si proche de celui de la belle que Jared peut déjà se délecter de sa respiration tiède contre sa peau. Les battements de son coeur sont lourds mais ne battent pas un rythme effréné alors qu'il s'assure une attitude calme mais mystérieuse, murmurant presque entre ses lèvres.

- Entendez bien que j'excelle dans multiples domaines..., son bassin vient subtilement se coller au sien tandis qu'un faible rictus se dessine sur sa bouche, et la danse n'est pas réellement l'un de mes favoris...

Alors que ses lèvres effleurent presque celles de la jolie blonde, Red lui dérobe de la main la bouteille qu'elle tient avant de se redresser, satisfait, pour la détacher de son emprise et se détourner à l'instant même où il allume une première lumière dans la pièce, faible et douce.
Il s'est volontairement mit de dos à elle, évidemment, et une expression malicieuse mais néanmoins retenue se dessine clairement sur son visage alors qu'il avance tranquillement jusqu'au premier petit bar lui faisant face.

- D'ailleurs, on a souvent vanté mes capacités avérées de tacticien. il pose les bouteilles sur le petite comptoir en continuant d'une voix naturelle, Ou sadique stratagème, je ne me souviens plus exactement...

Comme si de rien était, Jared se penche pour ouvrir la porte du petit placard sous le bar afin d'en sortir deux verre qu'il choisit avec minutie. Tout aussi naturellement, il débouchonne la bouteille de whisky afin d'en déverser dans chacun des deux verres épais et ovales sans pieds. Il les juge équitables puis, dans une démarche décontractée, revient en direction d'Isabella pour lui en tendre un, faussement innocent.

- Et je doute que ça vous fascine.

Il la gratifie d'un léger sourire amusé en coin puis, tout aussi calmement, se tourne pour avancer cette fois-ci en direction d'un fauteuil, plus dans le centre de la pièce, pour venir s'y asseoir avec tact et attention avant de boire une longue gorgée de son verre.
Son regard perçant glisse de nouveau sur Isabella et il penche très légèrement la tête sur le côté en reprenant d'une voix plus intéressée.

- De plus.. il me semble que vous me devez encore une prestation privée. il appuie doucement ses mot d'un haussement de sourcil. A moins que je n'ai encore été victime d'un malheureux fantasme ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Ven 19 Juin - 14:06


Faites tomber les masques...
Red & Bella


la clé:
 

La soirée s'annonçait comme ennuyeuse, comme toutes celle dont elle avait participé durant toutes ces années. Cela faisait bien une heure qu'elle était à circuler dans la salle, scrutant les gens, acceptant quelques danses avec des hommes qui semblaient plus intéressés par ses atouts physique que concentré sur l'endroit où ils posaient leur pied. A la longue, elle s'était terrée dans les coulisses, se préparant pour son tour de chant, jetant un dernier regard au miroir, lui renvoyant une image qui lui plaisait bien plus qu'elle aurait voulu, cette robe était une vrai beauté. Cousue par une entreprise française, mélangeant dentelle et satin d'un blanc virginal, elle épousait parfaitement sa silhouette légèrement arrondie mais dévoilant une chute de reins scandaleusement voyant. Une femme qui passa d'ailleurs derrière murmura d'un ton choqué Vous devriez avoir honte!!. Mais Isabella sourit, ignorant la remarque, imperturbable, elle était ravie de voir que la réaction de cette femme lui était totalement égale, se retenant même de lui dire de regarder ailleurs si la vue la gênait, ou la jalousait. Mais elle n'avait pas envie de se faire remarquer en paraissant trop insolente alors elle se tut et quelques minutes plus tard, elle se retrouvait sur la scène, sûre d'elle et laissant toute sa nouvelle passion pour cet art, se déverser devant ces gens qu'elle aurait fréquenté, si elle avait accepter de devenir prisonnière de la cage dorée que son père avait prévu pour elle.

Mais la vie est bien surprenante finalement, à peine avait elle posé les pieds sur ce bateau, qu'elle le rencontrait, au premier abord, elle l'avait trouvé odieux, d'un impolitesse sans borne, sans la moindre éducation et surtout bien trop sur de lui. Bref le genre d'homme qu'elle n'aurait jamais rencontré dans son milieu, mais justement, cela l'émoustillait étrangement, la poussant irrésistiblement à le chercher, le provoquer, l'inciter à faire de même envers elle. Il l'avait mis hors d'elle immédiatement et elle avait adoré ça, lui faisant réaliser qu'il était si euphorisant et excitant d'exprimer ses émotions sans retenue.

Quatre jours plus tard, la voilà dans ses bras, le laissant la guider dans une danse à un bal où il s'était glissé, la surprenant, lui laissant des frissons inattendu là parcourir à la seconde où sa main l'avait touché. Mais elle ne dit rien, ne le repoussa pas, bien au contraire, elle le laisse poursuivre et même l'incita à continuer, l'encourageant jusqu'à lui demander de la suivre.


La voilà, lui agitant la fameuse clé dérobée devant lui, les yeux remplis d'excitation de son méfait, un de plus en quelques jours. Cette sensation d'interdit qu'elle avait découvert, la rendait plus intrépide, audacieuse, jouant de son corps pour le séduire, l'invitant à la suivre, alcool, jeu de regard, elle ne s'arrêtait plus, elle en voulait plus. Puis il se glisse entre elle et la porte, lui suggérant de lui donner plus de conseil dans l'art de l'évasion et dans celui de l'intrusion. Leur corps se touchent, se frottent à peine et pourtant cela suffit pour qu'elle sente son coeur taper contre sa poitrine, elle observe, sourit, pose sa main sur son torse alors qu'il se glisse dans l'ouverture de la porte et l'attire à l'intérieur, la plaquant en la refermant doucement.

Le noir domine l'espace, ce qui éveille ses autres sens. Elle sent la chaleur de son corps contre le sien, elle n'ose bouger,  sa main lui maintenant toujours le bas du dos Entendez bien que j'excelle dans multiples domaines.... et d'un coup de bassin, la maigre distance, jusque là persistante, disparait, il se colle alors totalement à elle, elle retient sa respiration. Soulagée que la lumière soit absente, car elle se sent le rouge montée scandaleusement aux joues et ses lèvres tremblées d'un appétit qui ne cesse de grimpe, tout comme sa température corporelle qui monte en flèche. Elle se mordille les lèvres et crispe alors sa main sur sa chemise involontairement  ... et la danse n'est pas réellement l'un de mes favoris... elle ne peut alors s'empêcher de balbutier  ... je ... je suis impatiente que vous me les fassiez .. dé.. couvrir Elle a du mal à respirer et laisse glisser sa main jusqu'à la bordure de son pantalon, le maintenant doucement tout contre elle, elle réalise alors que ses lèvres effleurent subtilement les siennes, son cœur bat à tout rompre, sa respiration est saccadée, elle sent son souffle chaud contres on visage, il la regarde, elle en est certaine. Ses yeux se ferment et elle se surprend de le désirer de manière totalement incontrôlable. A cet instant, entre l'excitation de sa fuite, du vol, de son identité dissimulée, le fait de partager sa cabine avec un homme, elle, une femme de sa condition. Mais au lieu de poursuivre, il lui caresse le bras jusqu'à se saisir de sa bouteille, lui libérant sa seconde main pendant que l'autre laisse timidement ses doigts se glisser entre sa chemise et la ceinture de son pantalon, elle se sent fiévreuse de désir.

Mais, et elle aurait du s'en douter, il veut la faire enrager et se détache d'elle. Un manque soudain la prend, lui serrant la gorge, lui prenant le ventre et alors qu'elle rouvre les yeux, elle le voit de dos, un lumière timidement présente a envahit la cabine où ils viennent de pénétrer. Elle se mord alors la lèvre si fort par rage pour ce qu'il vient de faire,  que son envie aurait du s'effacer, mais bien au contraire, elle grandit et de colère, elle sert sa robe en  surement faire devenir blanc les jointures de ses doigts et lance un regard noir dans sa direction. Et alors qu'elle va lui balancer une réplique cinglante, il poursuit comme si de rien n'était ce qui finit de la rendre dingue - D'ailleurs, on a souvent vanter mes capacités avérées de tacticien.....Ou sadique stratagème, je ne me souviens plus exactement... , il arrive à la mettre la tête à l'envers et cela la met hors d'elle, mais elle inspire longuement et doucement, il la cherche et elle doit se rendre à l'évidence que ça lui plait. Elle échappe alors un petit rire nerveux, involontairement nerveux d'ailleurs du à son état dans lequel il l'a mise et déclare alors le plus paisiblement, mes elle ne doute pas une seconde que de légers tremblement de ses lèvres, la trahissent avec une évidence déconcertante Je dois bien avouer que vous semblez .... maitriser... parfaitement le sujet ... elle s'avance un peu dans la cabine, tournant la tête un peu autour d'elle, essayant de reprendre un aplomb suffisant pour ne pas qu'il en joue plus qu'il ne le fait déjà. C'est une cabine décorée luxueusement et avec goût, un salon sur la droite dans les bordeaux et un coin nuit est visible par la porte sur le côté gauche. Les couleur rouge et or domine la pièce. Elle le voit qui attrape deux verres et lui en serre un qu'il vient lui placer entre les doigts. Elle ne le quitte pas des yeux, le soutenant, il veut jouer ? Bien ... d'accord, c'est à son tour d'esquisser un sourire alors qu'il ajoute avec son ton faussement innocent Et je doute que ça vous fascine. Elle relève un peu le menton, se mord la lèvre et alors qu'il s'éloigne de nouveau d'elle, elle laisse son regard se promener sur lui, profitant du spectacle et se dit à elle même en l'articulant de sa bouche tout de même vous avez pas idée de ce que je suis fascinée ... et alors qu'il se retourne de nouveau vers elle pour prendre place dans le fauteuil juste en face d'elle, elle redresse sa tête prenant un sourire des plus innocent et inspire profondément.

Le voilà bien installé, elle lui répond alors d'un ton intéressé oh mais je suis de nature curieuse, ne vous méprenez pas, je suis persuadée que vous avez effectivement pleins de domaines qui pourraient me ....... fasciner elle appuie sur ce dernier mot en soulevant un sourcil et en avalant d'un trait son verre, le déshabillant du regard sans équivoque. Il lui rappelle alors sa promesse d'un danse privée. Elle glisse son petit doigt entres ses lèvres et le mordille, ouch il a pas oublié, se dit elle à elle même. Elle détache alors de son regard et dépose lentement son verre sur la table près du sofa près d'elle. Puis toujours tête baissée elle relève ses yeux vers lui en souriant, plus tranquille, alors qu'il sous entend que cela aurait pu être un fantasme Hum... peut être qui sait... Elle lève alors sa main dans ses cheveux, très lentement et en retire le peigne qui retenait une partie de ses cheveux et le laisse tomber sur le sol, sans un mot, secoue très légèrement sa chevelure qui se déroule en une cascade bouclée, doré sur ses épaules, libérées des bretelles de sa robe, depuis longtemps tombées le long de ses bras, lui offrant un décolleté encore plus aguicheur que la bien séance serait bien loin d'autoriser. Elle secoue un peu sa tête, glissant ses doigts dans ses mèches et le regarde de manière insistante ... et donc vous pensez mériter une petite prestation de ma part? elle lui fait une petite moue faussement ingénue, s'avance alors vers lui lentement, passant sa main dans le cou et laissant ses doigts descendre et effleurer le haut de sa poitrine, fermant les yeux un instant en rejetant légèrement sa tête en arrière. Elle se retrouve alors face à lui  et sans un mot, passe ses mains derrière son dos et descend la fermeture éclair, arque un sourcil, pour laisser l'instant suivant, tomber sa robe sur le sol dans un froissement étouffé, un genou légèrement plié, lui dévoilant pour le coup son corps ne portant qu'un simple corsage à voile blanc et des bas assortis. Elle se penche alors vers lui , lui attrape son verre et en avale une gorgée, son regard fixé dans le sien, elle le dévore du regard. il est évident qu'il est plus nécessaire de nier ce qu'il va se passer, à la seconde où son regard s'est posé sur lui tout à l'heure dans la salle de bal, elle savait ce qu'elle voulait et qu'importe ce que d'autres pourraient penser de leur différent milieu et puis il l'ignorait et elle s'en fichait tellement à ce moment là. Inclinée devant lui, elle pose un genou sur le rebord du fauteuil entre ses deux jambes et s'approche dangereusement de son visage Alors comme ça vous exceller dans d'autres domaines que la danse?  elle baisse son regard vers sa bouche, s'immobilise un instant le remonte et la lui effleure de ses lèvres, laissant le bout de sa langue le frôler au passage, rapprochant son corps du sien ils se touchent à peine, elle ajoute dans un souffle, sa bouche toujours à quelques millimètre de la sienne, glissant ses doigts dans ses cheveux qu'elle lui tire légèrement. Elle se colle alors un peu plus contre lui et ajoute d'un ton si calme que ça en serait presque effrayant si la situation ne l'était absolument pas Parlez moi donc de vos fameuses  CAPACITES DE TACTICIEN... articule-t-elle de sa bouche si près de lui que, même elle, a du mal à résister de l'embrasser, mais elle l'effleure seulement avec un peu plus de pression cependant, effectuant un léger mouvement de bassin contre lui, se cambrant pour ajouter à la situation déjà bien explicite, puis elle ajoute toujours sur le même ton innocent ... et pour les fantasmes que vous pensiez avoir... je pense qu'il faudrait creuser un peu plus la question ... non ? elle s'arrête soudain et posant son index sur sa bouche, elle le glisse de haut en bas, lui baissant la lèvre inférieur, lui donnant de nouveau un coup de bassin et alors que rien ne s'y attend, elle réplique alors ... enfin qui suis je pour vous poser autant de questions ... et elle se relève soudainement le laissant en plan et attrapant la bouteille qui était à côté de lui au passage, se tourne face à lui et d'un air des plus aguicheur porte le goulot à sa bouche, recule de quelques pas en avalant une gorgée de whisky en le défiant du regard.

css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  © Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Ven 19 Juin - 19:18

L'ambiance devient agréablement électrique. A un point que Red ne quitte pas une seconde de ses yeux attentifs sa jolie partenaire de soirée, toujours ce faible mais bien réel sourire intéressé au coin des lèvres. Il est tout ce qu'il y a de plus calme mais, à l'intérieur, Jared sent clairement son sang chaud bouillonner à mesure qu'elle le torture de son regard des plus envoûtant. Isabella ne s'est pas braquée devant son abandon à la porte, bien au contraire et, déjà, elle détache doucement ses longs cheveux d'or dans un léger mouvement de tête, arrachant un instant de contemplation silencieuse au blond. Alors qu'elle abaisse le menton pour le scruter à nouveau d'une mine espiègle mais qu'elle se veut naturelle, l'homme ne peut s'empêcher d'examiner avec une certaine attention la courbure impeccable de son buste, grisé de ne pas arriver à déterminer si elle est encore plus resplendissante habillée de cette tenue ou au contraire, dans son plus simple appareil... Elle en profite pour lui demander s'il mérite réellement qu'elle lui accorde une performance privée et, Red semble se perdre un instant sur sa poitrine alors qu'il répond automatiquement, des plus sincère.

- Du moins, je me damnerai pour l'une d'entre elles..., lui confie-t-il.

Le blond n'a pas le temps de finir sa phrase qu'Isabella approche, féline, captivant d'autant plus son attention. Elle est parfaitement consciente de l'effet qu'elle créé et, la belle en joue merveilleusement bien puisque Jared semble incapable de détacher ses yeux de chacun des gestes minutieux, et intéressés, qu'elle entreprend jusqu'à ce que sa magnifique toilette de mousseline blanche ne glisse sournoisement au sol.


Red retient totalement sa respiration. Les yeux fixés au sol, sur la robe tombée à ses pieds, il déglutît silencieusement dans un spasme appuyé de la mâchoire avant de remonter du plus lentement qu'il puisse son regard subjugué sur le corps divin qu'elle lui dévoile en toute conscience. Il a chaud et, à peine a-t-il de nouveau plongé son regard ardent dans le sien que la jolie blonde se penche ambitieusement sur lui, le tourmentant un peu plus en venant dérober son verre pour en boire une gorgée alors qu'il ne la quitte pas des yeux, attentif comme jamais. Elle le cherche, encore et toujours et, Jared se raidit très légèrement lorsqu'elle glisse un genoux entre ses jambes pour minimiser la proximité de leurs visages.
Son coeur bat un rythme plus soutenu lorsqu'elle vient souffler entre ses lèvres et le regard du blond ne peut tout simplement pas résister à cette bouche qu'il scrute à présent avec une convoitise non-dissimulée. La belle l'accable de sous-entendus qu'il a bien cherché mais, Jared reste totalement stoïque, suspendu à ses lèvres alors qu'une soudaine adrénaline le fait frémir en sentant sa fine silhouette glisser sournoisement contre lui. Une vibration sans pareille le parcourt alors des pieds à la tête et, inconsciemment, son bassin se tend très légèrement à la recherche du sien lorsqu'Isabella évoque l'idée d'approfondir ses fantasmes... Elle a totalement captivé son attention et, Jared se détache lentement du dossier du fauteuil en quête d'un réel contact de leurs lèvres au moment-même où la belle vient déposer son index sur sa bouche, le stoppant net. Red entend presque les propres battements de son coeur marteler sa poitrine et, ce dernier a un brusque raté quand sa délicieuse partenaire de jeu le gratifie clairement d'une friction du bassin qui soulève chez lui bien plus qu'un soudain désir enflammé. Il soupire doucement d'envie mais, soudainement, la jolie blonde s'indigne faussement de sa curiosité et Red se redresse encore légèrement pour suivre son mouvement en restant assit lorsqu'elle s'écarte de lui pour se relever. Il est totalement médusé.
Jared sent clairement son pouls s'affoler tandis qu'il ne peut retenir une mine frustrée et, il abaisse lentement la tête en passant une main fébrile sur son visage, dans un nouveau soupire grisé, pour répondre à sa question.

- La plus avisée des succubes, croyez-moi...

Red avait soufflé cette phrase en secouant doucement la tête, non sans une légère esquisse, en bon joueur, et il tente de s'assurer une attitude détendue malgré son corps vraisemblablement contracté par une certaine tension.
Isabella n'était clairement pas novice et, d'autant moins naïve. S'il avait été intrigué, ce soir, Red pouvait aisément s'avérer conquit par le pouvoir d'attraction de sa belle colocataire, devenue dans l'instant l'objet de toutes ses pensées. Il ne peut d'ailleurs pas la laisser s'en tirer. Pas après ça. Jared est on-ne-peut-plus conscient qu'elle l'attire d'une façon qu'il ne s'explique pas et, c'est définitivement ce qu'il lui plaît. Alors, doucement, il se redresse sur le fauteuill et, toujours sans la regarder, reprend d'une voix étrangement calme en même temps qu'il entreprend de défaire ses boutons de manchette.

- .. C'est ce qui m'oblige à abdiquer, j'en ai peur. il esquisse un faux sourire calme. Et puisque je dois vous confier quelques-uns de mes atouts...

Red se relève en faisant glisser sa veste de costume le long de ses bras, la laissant tomber sur le fauteuil qu'il quitte en attrapant son verre. Il boit une gorgée qui vide ce dernier et, enfin, se tourne pour la regarder en avançant calmement vers elle, s'arrêtant juste dans son dos.

- .. Autant vous en faire jouir, n'est-ce pas ?

Il fait glisser le verre sur un meuble et, tout en baissant un regard brûlant sur sa nuque, remonte les manches de sa chemise avant de venir passer ses mains le long de ses bras nus. Il est tout proche dans son dos et le blond contemple attentivement sa silhouette, concentré et minutieux alors que ses doigts remontent délicatement jusqu'à ses épaules et la base de son cou en d'infimes caresses.
Il reprend d'une voix calme et naturelle mais, laissant néanmoins paraître une certaine sensualité dans ses propos.

- Si vous voulez tout savoir, Mademoiselle ses pouces commencent à masser doucement sa nuque, je suis surtout reconnu pour être habile de mes mains..., il continue un instant puis revient lascivement sur ses épaules en même temps qu'il fait lentement tomber les bretelles de son corsage et ce dernier avec, Probablement pour leur rigueur.., il descend faire travailler ses doigts le long de sa colonne vertébrale, au niveau de ses omoplates, en rapprochant sa bouche de son oreille, leur finesse..., ses pouces glissent dans un léger appui le long de sa chute de reins et il souffle doucement dans son cou en resserrant quelque peu ses doigts sur sa taille. .. Ou bien leur fermeté.

Red la fait se coller contre lui d'un infime appui de ses mains sur ses hanches et son coeur s'emballe dans une fièvre qu'il ne réprimerait pour rien au monde, son visage humant à présent doucement l'agréable parfum qui se dégage de sa longue chevelure.
Isabella est loin de se douter de l'ampleur de la fougue qu'elle vient d'éveiller et, Red, quant à lui, est parfaitement conscient qu'elle est en train d'ébranler jusqu'à l'infime dernière part de lucidité qu'il lui reste. C'est pourquoi il ne résiste pas à l'envie de glisser l'une de ses mains sur son ventre nu tandis que ses lèvres effleurent doucement la peau de son cou, toujours dans un souffle profond mais quelque peu retenu. Il la désire ardemment. Maintenant, et, il relève lentement la main de sa taille pour venir ôter son propre masque. Délicatement, il fait courir ses doigts entre la peau de son ventre et la couture de son bas de dentelle, l'entourant ainsi de ses bras tandis que le blond dépose enfin ses lèvres sur son épaule dans un contact chaud, mais qu'il n'appuie pas, remontant par deux autres baisers dans son cou et jusqu'à son oreille.

- Mais je crois.. que ma stratégie s'arrête ici.

Red inspire lentement puis, sans retirer ses doigts de son bas, la fait se retourner afin qu'elle lui fasse face. Il capture aussitôt son regard du sien.

- Alors...

L'une de ses mains la maintient fermement contre lui, et l'autre vient doucement lui retirer son masque à son tour afin qu'il se perde totalement dans ses yeux.  Il le laisse tomber au sol et glisse ses doigts sous son menton pour le saisir délicatement alors qu'il se penche sur son visage, le coeur lourd.

- Ne me torturez plus de cette façon, c'est bien au-delà de ce que je peux supporter..

Red avait soufflé cette dernière phrase entre ses lèvres et, déjà, il s'en emparait sans attendre son autorisation en appuyant son bassin contre le sien, vraisemblablement guidé par ses pulsions qu'elle n'avait fait qu'attiser sans pitié ces derniers jours.




_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Lun 22 Juin - 9:24


Faites tomber les masques...
Red & Bella


Il est étrange de penser qu'une femme comme Isabella, telle qu'elle était il y a encore à peine un mois, du moins comme elle laissait paraître, puisse poser le regard sur un homme tel que Jared. De bonne famille, éducation irréprochable, un futur tout tracé et pourtant ... Lorsque son géniteur avait prononcé les mots lui signifiant qu'un mariage forcé était dorénavant inévitable, elle avait alors décidé qu'elle ne pouvait pas continuer à dissimuler sa véritable nature, elle n'était pas femme à suivre les traditions et encore moins les ordres, alors il n'était pas envisageable qu'elle se retrouve mariée à un homme avec qui elle passerait sa vie à lui être soumise et à son service. Alors oui, quand elle l'avait vu débarqué dans la cabine, peut être qu'elle l'avait trouvé insupportable et sans éducation mais justement, il avait tout pour la faire vibrer comme jamais elle l'avait été.

Ce soir là, alors qu'ils se retrouvaient tous deux dans cette cabine occupée illégalement, elle avait laissé libre cours à ses envies, lui dévoilant son corps frémissant de désir. Aucun homme, jusqu'alors ne l'avait attiré ainsi. Son côté rebelle, détendu, mystérieux, inquiétant l'avait immédiatement captivé. Il avait voulu une séance privée et c'est ce qu'elle venait de lui offrir, trouvant un plaisir exaltant de voir son regard se poser sur chacune des parcelles de son corps, quand elle s'était de nouveau pratiquement dénudée sous ses yeux. Elle ne pouvait ignorer l'effet qu'elle lui causait, son regard était transperçant et troublant. Côtoyer Jared l'avait tout simplement poussé à se laisser aller, libérant un côté de sa personnalité qu'elle voulait lui montrer, pour le séduire, lui plaire à un tel point qu'il ne puisse plus lui résister, car il lui devenait comme une évidence qu'il lui plaisait, mais ce genre d'homme ne se contentait pas d'une femme sage et bien élevée, il cherchait le feu avec lequel se brûler avec plaisir, un côté sauvage qui le ferait hurler et ce côté explosif qui lui couperait le souffle à un tel point qu'il ne pourrait plus penser à quelqu'un d'autre qu'à cette nymphe au côté enchanté qui passait son temps à le provoquer. Oui, elle était prête à tout pour devenir celle qui lui ferait ressentir cette sensation étourdissante à chaque fois que son regard se poserait sur elle.

Et il faut avouer qu'elle n'avait pas eu besoin de beaucoup se forcer, le séduire sur ce fauteuil avait été si naturelle pour elle, appréciant chacun de ses gestes à son attention, de ses caresses et des légers baisers qu'elle lui avait offert avec un plaisir si intense, il la rendait femme et fière de l'être, ne retenant aucun de ses gestes envers lui, elle le voulait, le désirait et toutes ses sensations lui faisaient chavirer son corps à son contact, ondulant pour vibrer contre lui et sentir l'envie monter encore plus encore. Elle fondait littéralement de voir le désir grandir dans son regard, son corps s'éveillait contre le sien et il devenait difficile de ne pas s'abandonner totalement à lui, mais malgré tout elle s'éloigna de lui, une réaction bien difficile il fallait bien l'avouer, car son corps tout entier semblait ne plus vouloir s'en défaire, telle une drogue à laquelle on devient accroc, le duel entre le désire et le jeu était pourtant inévitable. Elle devait s'en éloigner pour poursuivre l’excitante partie qu'ils avaient commencer, perdurer la sensualité du jeu qui la rendait si envieuse de se donner à lui sans retenue.  

A peine avait elle éloigné son corps brulant de ce désir insoutenable, avalant un liquide qui l'attisait davantage de l'intérieur, qu'il prit la parole, douce voix lui parvenant aux oreilles, éveillant d'avantage l'envie de pêcher entre ses bras, entre ses lèvres. Succube la comparait il, qu'elle mot si étrange sa bouche si gourmande qu'elle luttait de plus en plus pour ne pas la rejoindre à nouveau. Peut être avait il raison, elle se sentait comme l'ensorceleuse qui souhaite le charmer à l'en rendre dépendant d'elle. Sa veste reste sur le fauteuil tandis qu'il s'avance vers elle, évitant son regard, il retire ses boutons de manchettes, abdiquant, dit il de sa voix douce et lui proposant quelques uns de ses atouts. Elle frissonne alors qu'il arrive presque à sa hauteur, puis, le suit du regard alors qu'il passe derrière elle. .. Autant vous en faire jouir, n'est-ce pas ? Elle tourne la tête légèrement vers lui, d'un regard de biais elle murmure, son souffle coupé,  oui... à peine lui a-t-elle répondu, qu'elle frissonne de nouveau, ses doigts lui effleurent les bras, remontant jusqu'à ses épaules, douce sensation, à s'y perdre totalement, sa tête s'incline lui offrant le creux de son cou à son tour rejoint. Puis fermant les yeux pour savourer cet instant, elle ne peut laisser le moindre mot lui traverser les lèvres alors qu'il commence à faire danser ses doigts sur sa nuque. Sa respiration s’accélère alors qu'il revient doucement vers ses épaules, laissant glisser ses bretelles le long de ses bras. Puis son souffle se coupe alors que le tissu la couvrant tombe alors sur le sol, dévoilant ses rondeurs frémissantes, elle se mordille les lèvres, laissant un maigre filet d'expiration exprimer un soupir plus qu'expressif filtrer entre les lèvres de sa bouche tremblante, qui laisse échapper un ...leur... leur ri... rigueur...? ouiii bien... sûr . Ses doigts poursuivent leur caresses, suivant la ligne dorsales qui se cambre irrésistiblement sous ses doigts. Soudain son souffle lui caresse l'oreille, sa bouche s'approche d'elle, tout tourbillonne mais il poursuit ses douceurs, elle n'est plus totalement présente, vacillante, mais une pression plus stimulante de ses doigts en bas de son dos provoque un frisson partant du bas des reins jusqu'au creux de sa nuque, la réveille quelque peu. Il la colle alors à lui, d'un mouvement vif de ses deux mains qui lui maintiennent la taille, elle se laisse guider, échauffée, elle savoure son contact. Irrésistiblement, une de ses mains rejoint l'une des siennes, se glissant entre ses doigts avec envie, réalisant que le besoin de lui augmente de seconde en seconde. Son coeur s'emballe alors qu'il glisse une de ses mains sur son ventre, son souffle s'accélère, l'effet qu'il lui fait est scandaleusement déplacé, mais elle ne peut que se rendre à l'évidence, elle ne pourrait supporter qu'il s'arrête. Sa tête s'incline sous ses baisers passionnés qui ne cessent de la faire frémir, faisant grimper son désir pour lui à une vitesse fulgurante et difficile à dissimuler. Elle ouvre les yeux doucement alors qu'elle sent de nouveau sa main se mouvoir sur sa peau, la chaleur de son corps contre le sien a éveiller depuis un long moment déjà son envie de lui, mais lorsque sa main se glisse entre la dentelle de sa lingerie et sa peau brulante, elle ne résiste plus à murmurer un ... doux Jésus.... si bas que même elle doute de l'avoir prononcer. Mais qu'importe ce qu'elle peut dire, il la rend totalement soumise à ses actions, chose qui ne lui était jamais arrivée auparavant, de plus elle ne souhaiterait aucunement que cela cesse. Il la fait alors pivoter sur elle même, sa main glissant sur la peau de sa taille. Elle se retrouve face à lui, le regard baissé, sa poitrine dévoilée elle se colle quelque peu contre lui, soudain gênée, intimidée, et elle sent alors sa main ôter son masque, la libérant maintenant de cet élément qu'elle pensait lui permettre de se dissimuler de ses actions de petite effrontée. Mais la situation a perdu tout son contrôle, son regard fermé elle le lui offre de nouveau, soumis, envieux, troublé et elle découvre le sien bien différent également, plus calme, plus attentionné, plus passionné. Et alors qu'il la supplie de cesser de le torturer une minute de plus, il lui passe les doigts sous le menton et à peine a-t-il terminé ces mots que sa bouche rejoint la sienne.

Ce n'est pas un baiser effleuré, à peine gouté comme ceux qui ont été tenté un peu plus tôt, mais plutôt du genre de ceux qui vous remontent l'estomac, causant une explosion dans le creux de votre ventre, vous poussant à fermer les yeux pour ressentir la moindre sensation qui vous parcoure le corps. Ses lèvres semblaient si douce lorsqu'il l'avait frôlé tout à l'heure, mais de les sentir se pressées contre les siennes confirmaient ce délectable plaisir qu'elle avait imaginé et même plus encore. Un instant gênée, son baiser donna pourtant le signal pour qu'elle se laisser aller, sans masque, sans gêne, sans hésitation. Elle cambra ses reins sous cette main qui la maintenant contre lui, lui faisant grimper sa libido à un niveau déstabilisant,  accompagnant sa bouche, glissant sa langue entre ses lèvres entrouverte entamant une danse d'abord lente puis plus frénétique, elle commença à caressa sa nuque encore plus encore, pressant légèrement ses ongles au début du haut de son dos. Puis glissant ses doigts de nouveau dans ses cheveux, se levant sur la pointe des pieds pour être un peu plus à sa hauteur, plaçant sa jambe entre les siennes. Son autre main se porta  à son tour sur son ventre, montant vers le col de sa chemise et lui entrouvrant délicatement les premiers boutons en passant ses doigts agile, mais tremblait qui découvrent furtivement vers sa peau découverte. Elle le poussa alors doucement, lentement contre le mur derrière lui pour finir par le coller un peu plus brusquement, elle détache un instant son visage du sien, lui lançant un regard faussement confus et aguicheur à la fois, lui murmurant en se mordillant la lèvre Pardonnez moi ...?, elle lui déposa alors un baiser, pour ensuite revenir sur ses lèvres dont elle ne peut plus se passer désormais et retirant la main de sa nuque, la laisse glisser jusqu'aux boutons encore fermés de sa chemise. Elle se laisse alors un peu emporter et d'un geste brusque fini par lui arracher les quelques boutons qui lui restent à ouvrir, un sourire se dessine sous ses baiser. Elle se colle alors un peu plus à lui, jouant de ses hanches langoureusement, passant ses mains sur son torse, constant la perfections de ses abdominaux. Elle fut reprise d'une insatiable envie de lui, mais cette fois ci elle ne se retint pas, dévorant ses lèvres et laissant ses mains glisser le long de ses bras pour retirer sa chemise qui la gêne désormais effroyablement.

Elle s'arrête soudain, glissant ses doigts entre son pantalon et sa peau brulante et glissant son petit doigts entre ses lèvres elle le tire avec elle, alors qu'elle recule près de la chambre, l'abandonne alors dans l'encadrement de la porte et gardant son regard dans le sien, passant ses cheveux sur le devant de son buste, dissimulant quelque peu sa poitrine évidente, elle s'installe sur le lit, face à lui et d'un signe de l'index l'invite à la rejoindre non sans sentir une certaine appréhension, mais l'excitation est bien trop forte pour la nier, elle sent son cœur qui ne cesse de s'emballer, laissant cette impression d'être sur le point de sortir de sa poitrine, désireuse de le sentir de nouveau contre elle. Elle secoue alors légèrement la tête, faisant glisser les quelques mèches qui lui dissimulaient ses rondeurs féminines, puis se pinçant légèrement les lèvres, elle lui murmure doucement ... rejoignez moi je vous en prie, car vous me torturez, à votre tour, de m'abandonner si longtemps loin de vos baisers...


css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  © Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   Mar 23 Juin - 11:38

[/!\ Attention, public coquinou & averti /!\]

Comme il s'y attendait, la réaction de la jolie blonde entre ses bras ne tardait pas et, à son contact, cette dernière se resserrait automatiquement contre lui afin d'appuyer leur premier mais non moins électrique baiser. S'il avait douté que la belle se joue encore de lui, les caresses qu'elle venait abandonner dans sa nuque ne faisaient que conforter Red dans l'idée que cette attraction n'était clairement pas à sens unique, loin de là. Il pouvait aisément ressentir toute la chaleur émanant de son corps parfait, alors fébrilement attiré tout contre le sien, et le blond venait faire glisser ses mains le long des courbes déconcertantes de ses fesses lorsqu'Isabella entreprenait de déboutonner le haut de sa chemise, ses lèvres fiévreuses en constante quête de sa bouche qu'il lui offrait sans réserve. Frénétique, elle le colle prestement au mur en s'excusant dans un souffle et Red se contente de baisser un certain regard de défi calme, amusé par la malice enflammée qu'il lit clairement dans ses fins yeux bleus alors qu'elle-même n'est pas convaincue par ses propres mots. Le fait est, puisque la jolie féline revient aussitôt satisfaire ses lèvres avec plus d'avidité encore, laissant transparaître une légère impatience dès qu'elle fait sauter les derniers boutons de sa chemise, surprenant agréablement le blond qui laisse s'esquisser un certain sourire enchanté et satisfait en remontant agripper sa taille.
Elle est envieuse. Volcanique. Jared le sent à chaque pression de bassins qu'il appuie lascivement de ses mains fermes. Chaque souffle désespéré qu'elle laisse s'échapper et qu'il attise en venant doucement tirer sa lèvre inférieure dans une légère morsure, parfaitement conscient qu'il ébranle jusqu'à ses dernières bonnes convenances. Après tout.. ne répond-t-il pas simplement à ses attentes ? Red est tout aussi certain du fait qu'en temps normal, il ne se serait pas laissé distraire par la belle si cette dernière n'avait pas daigné poser un regard sur lui. Il n'est plus novice. Du moins, il se satisfait du souvenir des nombreuses fois où il a préféré l'amère compagnie d'un whisky sec, à la diversion d'un corps tentateur. Une fuite facile, quand c'est ce que l'on cherche. Ici... l'assassin ne peut nier que l'isolement du lieu le perturbe quelque peu dans ses méthodes mais, surtout, que les assauts indirectes de sa colocataire lui ont totalement fait oublier ses grands codes de conduite.
Le premier, sur sa totale discrétion, disparaît à l'instant même où elle fait glisser sa chemise, laissant ainsi parcourir ses fins doigts le long de son torse pour deviner les quelques cicatrices indélébiles dont il est parsemé. Le second, et marquant probablement l'un des points de non-retour, n'a plus de crédit dès lors qu'il la suit sans la lâcher jusqu'à l'encadrement de la porte, signifiant ainsi qu'un possible contact soit à envisager dans la suite. Quant aux autres, ils deviennent aussi futiles que son envie de détacher son regard ardent de la silhouette enivrante qu'elle lui offre en s'éloignant tactiquement de lui. Elle recule, doucement, et Jared s'arrête en bon joueur tout en penchant légèrement la tête en arrière afin de la savourer lentement des pieds à la tête. Elle est douée. C'est plus que certain, parce que le blond est aussi sûr qu'il ne la laissera pas sortir de cette chambre sans l'avoir totalement satisfaite. Peut-être une incapacité à refuser quelconque défi, quoi qu'il en soit, ce n'est pas en la dévorant totalement du regard alors qu'elle s'allonge lentement sur le lit que Red va se dissuader de la rejoindre. C'est indéniable.

Isabella le réclame en se redressant quelque peu sur le lit, dans une cambrure qui le fait entièrement frémir de la tête aux pieds et, le blond vient se pencher sur le lit en même temps qu'il détache son pantalon afin de s'en défaire, aussi facilement qu'elle le fait venir. Prenant appui d'une main sur le matelas, il vient passer l'autre le long de sa cuisse tout en revenant poser ses lèvres sur ses épaules alors que sa caresse remonte agripper sa taille. Sans réellement la brusquer, il la fait de nouveau glisser sur le dos en venant doucement se positionner au-dessus d'elle, toujours en s'appuyant d'une main pour ne pas l'accabler de sa stature. Red se tient tout proche de son visage et il prend le temps de faire pression entre ses jambes en remontant pour qu'elle vienne les enrouler autour de sa propre taille. Sa main libre revient alors caresser sa cuisse jusqu'à ses côtes, avant qu'il ne la glisse dans son dos en lui parlant d'une voix basse mais on-ne-peut-plus claire.

- Si je comprends bien.., l'effleure-t-il de ses lèvres, nous ne nous attarderons pas sur la décence d'un homme envers une femme ?

Evidemment, il n'attend aucune réponse et, déjà, l'homme s'empare de nouveau de sa bouche pour descendre sous son menton, puis le long de son cou afin de s'y attarder quelque peu... Bien heureusement, Red n'est pas de ceux qui se contentent d'une seule et simple dance et, répondant à ses propres pulsions en même temps qu'il se laisse guider par la respiration profonde de la jolie blonde, Jared la cherche d'un malicieux coup de bassin par-dessus son sous-vêtement tout en mordant dans une certaine sensualité la peau de son cou. Il sent une main dans ses cheveux mais il ne s'arrête pas pour autant, la gratifiant d'un léger souffle chaud avant de descendre se délecter un peu plus sérieusement de sa poitrine, déjà soulevée par l'excitation indéniable de la pièce. La main qui l'aidait jusque là à se maintenir vient détailler l'agréable douceur de sa hanche et il en profite pour venir tirer sournoisement sa lingerie qui ne résiste à aucun moment sous son corps bouillant.
Il veut la sentir défaillir aussi, Red se cale légèrement sur le côté tout en revenant embrasser son cou à mesure que ses doigts glissent lascivement entre ses cuisses. Elle se raidit. Il esquisse un fin sourire et remonte effleurer ses lèvres des siennes tout en continuant son chemin stratégique de sa main délicate et expérimentée, attisant dès lors une fièvre sans pareille chez l'un autant que l'autre.



_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238

Contenu sponsorisé
is talking to you
you better listen




MessageSujet: Re: Faites tomber les masques !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Faites tomber les masques !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [JEU] ROPE CUT : Faites tomber les bonbons [Gratuit]
» Les masques finissent toujours par tomber un jour ∞ | Pv. Randy
» QUAND LES MASQUES TOMBENT... (Spoiler saison 3 et 4) ^
» Faites nous rire !!!
» Faites parler vos photos !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TITANIC ♆ Let's make history :: The Atlantic Ocean :: RMS Titanic :: Installations 1st & 2nd Classes :: Lieux de réunions :: Salle de Réceptions-