AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Comme vous avez pu le constater beaucoup de première classe dans le titanic. Merci de privilégier les autres classes et l'autre navire (hors scénario évidemment). La première classe pour le titanic est donc BLOQUÉE Rappel: 3 scénario par personnes (pris ou pas) pas plus, avec un avatar qui peut être réservé les deux autres aux choix. Il faudrait également penser à commencer les rp's ce week-end. Bisous le staff

Partagez | 
 

 Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Jeu 11 Juin - 15:35


Une cohabitation ... haut en couleurs?
La belle et ....

Assise sur le lit modeste de la chambre de l'hôtel situé en face du port, je laçais les souliers de cuir, que j'avais piqué à ma femme de chambre. Je jetais un rapide coup d'oeil à la robe blanche jetée à la va vite hier soir, je voyais les perles scintiller et la dentelle crier dans ce décor de pauvreté extrême. Simplement vêtue d'une salopette bleu marine et d'une chemise a carreaux, je relevais mes cheveux et enfilais une casquette à la Gavroche. J' attrapais ensuite la robe, la regarda une courte seconde et sourie malgré moi, elle était tout de même sublime, la fourra dans un sac et dissimulant ma main encore ornée de ma bague de mariage dessous, je descendis au rez de chaussé, si je voulais passer dans la boutique pour revendre ma robe et ma bague, je devais faire vite. De la fenêtre, les futurs passagers commencer déjà à embarquer, les multitudes de malles, les chevaux parqués devant la passerelles, les chapeaux des grandes dames, qui auraient pu être moi il y a pas si longtemps, fourmillaient devant le paquebot. Je sortis, inspirant l'air frais du port. J'étais libre. Je partais pour les Amériques, libre de vivre ma vie, de penser ce que je voulais, de faire et dire tout ce que je voulais. Bousculant un homme en costume, je baissais les yeux et ma casquette avec ma main pour dissimuler mon visage à ce couple près de moi ... aarrgh il y en a de partout c'est inacceptable! Nous aurions du avoir notre propre zone sur le quai... lâcha cet homme d'un ton hautain sans même s'assurer que je sois assez loin pour ne pas l'entendre. Je souris. Mon déguisement passait pour ce que je voulais faire passer. Tenant toujours de mes deux mains ma tenue qui aurait été l'emblème d'une vie de soumise et de femme obéissante, autant dire que la prison aurait été tout aussi similaire, je continuais mon chemin en direction du centre ville.

Me frayant un chemin entre les futurs passagers qui s'accumulaient de plus en plus, j'arrivais enfin au début du quai, scrutant la grande avenue devant moi, cherchant la rue de la boutique. Voitures, passants, en quelques mètres, le train de vie de tout le jours s'étala devant moi, le brouhaha que causait le départ du Titanic, se dissipait arrivé à ce niveau de la cité, des vendeurs de journaux à la sauvette d'une douzaine d'années, criaient pour vendre leur papier, informant à tous le départ du paquebot qui faisait la une de tous les journaux , le sujet de discussion dans la bouche de chacune des personnes depuis des mois. Oui le Titanic avait été le sujet de discussion de tous les hommes de mon entourage depuis bien des mois, mon ex futur mari avait même prévu qu'on le prenne pour nos fiançailles, comme bonne future épouse, j'avais acquiescé, serrant la mâchoire ce jour là, voyant mon futur à tout jamais enchaîné à une vie que je maudissais chaque seconde depuis que mon père m'avait annoncé que je serais bientôt Mme Davenport de gré ou de force. Relevant le menton, j'avais planté mon regard dans les yeux de mon père, me refusant de baisser les yeux et sans un mot m'était levée et annonçant une légère fatigue, avais regagné mes quartiers et c'est à cette minute là que j'avais pris la décision de fuir cette vie.

Enfin, après 10 minutes de marches dans la ruelle pavée, je vis l'enseigne de la boutique et poussa la porte. Une clochette indiqua immédiatement ma présence et une femme rondouillarde sortie de l'arrière boutique. Immédiatement elle me reconnu. Des petites lunettes sur le nez, elle se figea un instant quand je retira mon couvre chef, laissant mes cheveux glisser le long de mon cou et retomber en cascade sur mes épaules ainsi que dans mon dos. C'est vous...., elle me regarda d'un air compatissant. Vous les avez ? dit elle en pointant du menton le sac que je serrais contre ma poitrine , je le posais sur e comptoir, bousculant le verre contenant ses stylos qui tombèrent sur le sol dans un bruit qui résonna dans ma tête me ramena quelques jours auparavant où elle est moi avions convenu la vente de ma robe et de ma bague pour un prix bien plus bas que ce qu'ils valaient mais je n'avais pas le choix, je devais le faire avec la discrétion nécessaire, j'avais déjà eu de la chance de trouver une femme qui était en accord avec mes idées, sans porter aucune jugement. Je m'excusais rapidement et ramassais les crayons. Elle ouvrit le tiroir sous la caisse et attrapant une enveloppe assez épaisse qu'elle me tendit Voilà, comme convenu ... De ma main droite je saisis ma bague et la retira de mon annulaire et la posa devant elle sans aucune hésitation. Je sentis par ce geste un poids se libérer. J'attrapais l'enveloppe Je peux ...? la regardais je d'un air et d'un ton interrogateur. Un hochement de tête et je recomptais les billets à l'intérieur pendant qu'elle vérifiait l'authenticité de mon bijoux. Je peux vous donner mon avis mademoiselle ? Je retroussais mon nez, signe de contradiction, fronça les sourcils et employant un ton sec qui était typique des gens de mon rang et ne lui adressant même plus un seul regard je rétorquais Non... c'est inutile, je ne changerais plus d'avis..., j'attrapais alors un sac de marin de couleur bleu marine et deux trois fripes de femme, je plantais ensuite mes yeux dans les siens, sans un mot Non, c'est bon prenez les, vous allez en avoir besoin mon enfant, vous ne réalisez pas dans quoi vous vous embarquez... ajouta t elle en soupirant et secouant la tête de droite à gauche.

Je levais la tête, le sac sur l'épaule. Fascinée par un tel spectacle. Il était immense, ce monstre de technologie, ces trois grosses cheminées laissait un fumée brune sortir. Un son assourdissant signifia le départ et me fit sursauter, je devais réagir. Je me précipitais alors sur la passerelle destinée à l'embarquement des membres de l'équipage, un peu trop vite d'ailleurs car au même moment, une autre personne voulu l'emprunter et ce fut la collision. Je me retrouvais les fesses par terre, ma casquette tomba, libérant alors mes cheveux digne d'une femme de la haute, soyeux et brillant Vous pouvez pas faire attention!! lâchais je froidement. Je relevais alors mon regard aussi noir que mes yeux bleus pouvaient me permettre, vers celui qui venait de me faire tomber, mais les rebaissais immédiatement pour rattraper ma casquette et dissimuler mes cheveux de nouveau sous la casquette et repris mon sac. Ignorant sa main qu'il me tendait, je me relevais énervée, j'eus tout de même le temps de l'observer, des cheveux blond mi long, mal rasé, je resta pas plus de temps que nécessaire, effrayé qu'il puisse penser une seconde que je ne cadre pas avec le reste des gens qui nous passaient devant, il était vraiment sans gêne, je gravis la planche de bois qui faisait office de passerelle, bien moins luxueuse que celle des autres classes.

A l'instant même où je rentrais dans le bateau après avoir tendu le ticket que l'homme que j'avais rencontré hier m'avait donné, je découvris la misère dans laquelle j'allais devoir évoluer durant la traversée. Tout était minimaliste , il n'y avait aucun décors, les gens étaient sans gêne, des cris, des pleurs. Les couloirs, les cabines devant lesquelles mes yeux passaient étaient dénués de tout confort, un marin passa à coté de moi, j'essayais d'attirer son attention en l'interpelantExcusez moi... Demandais je alors timidement, mais il semblait bien trop excitée pour me répondre, je le vis s'engouffrer dans un autre couloir sans même avoir ralentit devant moi. Des familles entières passaient passaient près de moi, comment pouvaient il vivre à 5 dans ces espaces réduit? Enfin je me retrouvais devant la porte de la cabine qui m'était attribuée. A-13. Je poussais la porte. Je restais alors figée et à cet instant, à cette minute même je réalisais ce que j'étais en train de faire de ma vie, la décision que j'avais prise il y a encore une vingtaines d'heures, en plantant cet homme devant l'autel, m'enfuyant par la porte de derrière l'église, robe de mariée sur moi et me rendant directement dans un hôtel pour me changer et y passer la nuit avant de fuir cette vie que je me refusais de suivre. Je me trouvais devant un espace tellement minuscule, que mes toilettes ne rentreraient pas toutes à l'intérieur. Contrairement aux autres cabines, il n'y avait que deux couchettes l'une sur l'autre en face une table et deux chaises. Une tenue surement préparée à mon intention était accrochée à un cintre et suspendue à un clou contre le mur, je jetais mon sac sur le lit du haut, retirais ma casquette qui me tenait bien trop chaud pour libérer de nouveau mes cheveux et alors que je reprenais mes esprits de tout ce qui se passait actuellement dans ma tête, j'entendis la porte s'ouvrir derrière moi.

Je me retournais, souriante, prête à accueillir la jeune femme qui allait partager ma vie durant les semaines a venir. Mais ce fut un homme qui se dressa devant moi, dans l'encadrement de la porte. J'allais rétorquer quand soudain, je le reconnu, referma la bouche, la réouvris La cabine... est déjà... prise... balbutiais je , mais je repris très vite mes esprits Encore vous !! je plantais mes deux petits points sur mes hanches, plantant mon regard dans le sien, sans sourciller Vous me suivez ou quoi?? sortez d'ici vous vous êtes trompé de cabine je m'avançais vers lui, non sans faire la grimace en regardant de nouveau ces cheveux et toute son apparence qui était loin d'être soignée et je posais alors une de mes mains pour tenir le bord de la porte, l'incitant à reculer et sortir.

   
css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha


Spoiler:
 

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Jeu 11 Juin - 22:54

Un sifflement vif et insistant. Red tourne instinctivement la tête en direction de ce dernier et est contraint de s'arrêter au milieu de la foule qui s'active sur le pont. Un contrôleur lui fait signe de redescendre pour passer par la petite passerelle en extrémité. L'entrée des artistes, évidement. Ses fins yeux noisette glissent doucement jusqu'à la silhouette de la femme qui accompagne Barrow et qui s'éloigne peu à peu devant lui et, Jared serre la mâchoire dans une certaine mine contrariée avant de se détourner.
Rien ne sert de se précipiter. S'il se montrait si tôt avenant, Anthony aurait encore l'occasion de se dérober pour se faufiler à travers la ville et, ce n'était clairement pas l'effet attendu aussi, dans une attitude toujours aussi impassible et détachée, le jeune homme aux cheveux blonds rebroussait chemin pour longer le quai au milieu d'autres employés destinés à faire tourner le monstre des mers. La passerelle destinée à l'équipage et aux passages du reste des caisses d'approvisionnement était située quelques mètres en retrait et, alors que Red s'était engagé, quelqu'un le devançait de peu pour lui rentrer dedans avant qu'il n'ait le temps d'agir en conséquence. La collision n'avait rien de réellement violent en soit mais, son assaillant se retrouvait alors assit à terre et l'infiltré fût aussitôt fusillé verbalement par une voix féminine et tout ce qu'il y avait de plus remonté, lui reprochant de ne pas avoir fait attention... Immédiatement, il baissait des yeux intrigués pour découvrir une épaisse crinière blonde qui s'empressait de se dissimuler sous une casquette des plus sommaire qui le fit tiquer. L'espace d'une seconde, il arquait un sourcil en la scrutant tandis qu'elle fuyait clairement son regard et Red finissait par lui tendre une main dans une légère esquisse quelque peu désinvolte. A sa plus grande surprise, la jeune femme l'ignorait totalement et, dans une rapidité soulignant son irritation soudaine, se relevait pour lui passer devant sans plus de politesse afin de gravir la passerelle. Jared la suivait de son regard quelque peu incrédule et, une fois qu'elle commençait à s'éloigner, haussait le ton en sa direction d'une voix exagérément respectueuse.

- Ce fût un plaisir pour moi également ! s'exclamait-il à son attention avant de finir à voix basse, pour lui-même, .. Harpie.  

Doucement, il secouait la tête dans un soupire avant de passer une main dans ses cheveux pour les tirer en arrière. Sans s'en rendre compte, cette légère altercation avait d'autant éveillé ses sens et Jared se surprenait déjà à scruter les alentours pour s'assurer qu'ils n'avaient pas attiré l'attention sur eux. Ceci fait, il se détendait quelque peu puis reprenait sa montée à bord du paquebot dans cette éternelle attitude impassible avant d'être à nouveau stoppé. Cette fois-ci, Red faisait face à un autre contrôleur qui se contentait de rester totalement stoïque sur sa route, les bras croisés sur son torse, et attendant visiblement quelque chose de la part du blond. Celui-ci semblait hésiter une seconde sans rien laisser paraître pour autant puis, dans une exclamation silencieuse, baissait la tête pour plonger une main dans la poche de sa tenue.
Le billet. Evidemment. Jared avait enfilé la tenue du pauvre mécanien qui s'était trouvé sur sa route mais, à aucun moment il n'avait pensé à cet infime détail qui pourrait bien mettre son plan à l'eau. L'autorisation d'embarquement, rien que ça. Ses doigts saisissent soudainement un papier fin et froid et le blond le sortait prestement pour le présenter au contrôleur qui n'avait pas émit une expression chaleureuse depuis le début. Ses yeux las se baissent lentement sur le papier et, aussi lascivement, remontent se poser sur Red dans un air des moins convaincu. L'intéressé scrutait à son tour le document qu'il tenait entre ses doigts et, aussitôt, un demi-sourire gêné venait le faire grimacer alors qu'il se ravisait. C'était la photo d'une jeune femme aux cheveux noirs et portant une petite fille d'à peine quatre ans sur ses genoux, dans ce qui semblait être un jardin. Visiblement la famille à qui il venait de retirer un père et, à cette pensée, Jared se sentit un instant parcouru d'une vague de malaise qu'il chassait vite d'un petit rire nerveux. Sans quitter le contrôleur des yeux, il rangeait rapidement la photo dans la poche de son pantalon puis plongeait sa main dans son autre poche, en vain. Cette fois-ci, ses traits se crispaient quelque peu et, dans un geste désespéré, Red venait palper l'intérieur de son bleu de travail extorqué avant que ses doigts ne s'infiltre dans ce qui semblait être une poche intérieure. Il s'arrête soudainement, et soupire de soulagement. Le billet. Sans broncher, il le sort et le tend à l'homme en face qui semble totalement dénué de toute expression. Ce dernier lorgnait de la même manière que précédemment le papier puis, dans une attitude toute aussi nonchalante, s'écartait pour laisser le passage au blond qui ne se faisait pas prier, avançant alors d'un pas déterminé à l'intérieur du Titanic.

Si Jared avait toujours comparé les rues de King's Lynn à un rassemblement de vermine, il était loin de s'imaginer qu'il s'apprêtait à réellement mettre les pieds dedans pour plusieurs semaines.
D'abord, il avait été surprit par la chaleur étouffante des couloirs étroits et sinueux qui grouillaient déjà de monde et, la première pensée qui lui vînt fût de veiller à choisir une cible de meilleure classe sociale pour sa prochaine mission improvisée de ce genre. Ici, on était clairement au plus bas de la composition de ce monstre de taules et, le beau blond restait quelques instants à l'entrée pour scruter l'ampleur de l'infortune dans laquelle il s'apprêtait à se fondre. Un parasite au milieu de parasites... l'intégration devrait se faire sans trop de difficultés, dans tout les cas.
Ainsi, Jared survolait la foule de ses yeux avisés tout en sortant une cigarette de son paquet qu'il venait allumer entre ses lèvres. Il inspirait longuement sur cette dernière, puis recrachait tout aussi lourdement la fumée en entreprenant de traverser ces couloirs de l'enfer. Dans sa main libre, son billet. D'un furtif regard, il repère le numéro de sa cabine- du moins, celle que devait occuper la victime qu'il a laissé derrière lui-, puis scrute les affiliation des couloirs. A. Il est dans la bonne allée. Sa silhouette à la carrure travaillée se faufile tant bien que mal entre les groupes amassés qui stagnent dans un brouhaha infernal et Jared fait simplement aller ses yeux d'une porte à l'autre avec une concentration appuyée.
Après quelques minutes, il la voit enfin. A-13. Jared jette un dernier coup d'oeil par-dessus son épaule, puis il s'avance rapidement pour ouvrir la porte... Seulement, alors qu'il fait à peine un pas dans la pièce en détournant son visage à l'intérieur, il est à nouveau décontenancé par une présence inattendue qui le fait s'arrêter net.
Deux fins yeux bleus sont braqués sur lui et leur expression tranchante lui semble étrangement familière. Il plisse doucement les siens en l'entendant balbutier que la cabine est déjà prise, et lui répond d'une voix calme qui sous-entend néanmoins sa surprise quant à sa présence ici.

- En effet.

D'un regard, il lui désigne le sac posé au pied du lit inférieur- et préalablement placé là par sa victime-, tout en laissant apparaître un fin et presque imperceptible rictus en coin. Aussitôt, la jeune femme semble le reconnaître et elle s'exclame à vive-voix, visiblement mécontente, en lui reprochant de la suivre. Jared hausse alors les sourcils dans une expression quelque peu amusée qu'il ne cache pas et ne la quitte pas des yeux lorsqu'elle approche pour lui barrer la route en venant poser une main sur la porte.
Audace ou folie ? Les prochaines minutes de cet échange hostile le détermineraient probablement mais, pour l'heure, il allait plutôt lui faire comprendre à quel point elle l'effrayait.

- C'est amusant parce que, c'est exactement ce que j'étais en train de me dire. lui répondait-il d'un air faussement détaché en tirant une latte sur sa cigarette pour recracher doucement la fumée sur son visage.

Red la dépassait bien d'une tête et demie et, aux vues de sa silhouette des mieux dessinée, il n'aurait aucun mal à l'entraver si elle tentait à nouveau d'attirer l'attention sur eux aussi, toujours dans une certaine désinvolture détachée, le blond profitait de sa diversion et forçait le passage en avançant simplement pour entrer dans la petite cabine. Il l'ignorait alors volontairement et déboutonnait la veste de son bleu pour la retirer et la jeter sur le bureau afin de se retrouver en Marcel. Ceci fait, Jared allait s'asseoir sur le lit du bas pour s'y allonger et s'étendre, croisant un bras libre derrière sa tête pour ramener l'autre sur son torse alors qu'il fermait les yeux dans une expression des plus détendue. Evidemment, il surjouait, et relevait à nouveau sa main sur son visage pour caler sa cigarette entre ses lèvres avant de s'adresser à nouveau à elle.

- Et puis ça tombe vraiment bien, je déteste voyager seul.

Pendant qu'il lui parlait, Red avait plongé sa main dans son pantalon et avait sortit son billet indiquant le numéro de cette cabine pour le lui jeter d'une pichenette alors qu'il virevoltait jusqu'à ses pieds. Il soulève lentement une paupière pour la lorgner de côté, toujours dans cet éternelle et légère esquisse, bien déterminé à lui faire comprendre qu'il ne quittera pas la pièce.
Si elle est intelligente, elle comprendra par elle-même et s'évitera bien des ennuis.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Ven 12 Juin - 9:26


Une cohabitation ... haut en couleurs?
La belle et ....

Ambre, votre mère et moi avons pris la décision qu'il était temps de choisir pour vous. Mon père tenait son verre de whisky dans sa main gauche, jouant avec les glaçons, tandis que l'autre posée sur la cheminé caressait le manteau en bois clair. Il regarda brièvement ses doigts, frottant son majeur et son pouce, sans doute pour s'assurer qu'il n'y avait pas de poussière, sans me quitter vraiment des yeux. Il me regardait de haut avec son air décidé. C'était un air que je connaissais bien, il avait eu le même quand il m'avait surpris jouant aux billes avec les enfants de nos employés, ventre à même le sol, dans la poussière, la robe sale et mon visage noircie par la saleté. Ce qu'il était en train de me dire était en aucun cas ouvert à la discussion, comme lors de mes 6 ans où il m'avait attrapé par la natte et m'avait tiré à l'intérieur en m'ordonnant de ne jamais plus m'approcher du personnel, sinon il m'enverrait dans un orphelinat pour que je comprenne ce que cela faisait d'être réellement comme eux. Ce jour donc, du haut de son mètre quatre vingt, ces yeux planté dans les miens, il ajouta sur un ton ferme et sec Dans un mois vous serez fiancée et dans deux vous serez Mme Davenport , et il avala la fin de son verre d'un trait, qu'il déposa sur le plateau de l'employée qui avait devancé son geste. J'aurais pu tourné la tête vers ma mère, dans l'espoir qu'elle dise quelque chose, mais voilà, le problème était là, elle était née femme et comme telle, elle n'avait aucun mot à dire. Tenant ma tasse de ma main gantée de blanc et de l'autre maintenant ma soucoupe immobile, malgré la colère qui montait en moi, je leva la tasse doucement à mes lèvres, sans quitter le regard de mon père, le soutenant comme jamais je ne l'avais soutenu et après avoir fini ma gorgée, je souris et la reposais sans le moindre bruit sur sa soucoupe, puis sur la table près de l'accoudoir du canapé. Sourire toujours figé, simulé, forcé comme toujours, en inclinant très légèrement la tête vers mon géniteur et en prenant une longue et calme respiration, je me levais et d'un ton parfaitement distinct, je déclarais  Si telle est votre décision père... alors je ferais comme il vous plaira je me levais alors puis ajouta Veuillez m'excusez, je me sens un peu fatiguée, je vais aller me reposer dans ma chambre avant le souper j'allais embrasser ma mère avant de me quitter le lieu de l'annonce de ma futur incarcération. Tête haute, menton relevé, mâchoire serrée, tout mon corps hurlait le mot liberté alors que je passais la porte du petit salon, pendant, que dans a tête, germait les premiers idées de mon plan pour m'enfuir et obtenir ma liberté.

Arrivée dans la cabine, je laissais mon coeur reprendre son rythme de ... croisière. Ayé je l'avais fait, j'avais réussi, j'avais tout laissé derrière moi, ma vie de petite fille parfaite, obéissante, suivant les ordres et les traditions que ma famille, ma mère, MON PERE voulaient que je suive. Je me surpris à sourire si fort que si j'avais eu un miroir devant moi, je me serais déclarée à moi même que cela était sans aucun doute le sourire le plus naturelle que jamais je n'avais eu, fini les sourires forcés, fini de dire oui en pensant non si fort à m'en faire mal à la tête. Devoir taire cette rage qui grandissait de plus en plus depuis deux mois, ce feu qui ne cessait de grandir, me consumant de l'intérieur. Étais je la seule à ne pas vouloir de cette vie bien rangée, vouée à une obéissance aveugle envers un homme que nos pères nous imposaient? Étais je la seule à vouloir voir autre chose que les quatre murs de chez moi, voir plus loin que ma rue, que ma ville, que mon pays? Et voilà qu'aujourd'hui, je voyais devant moi la porte pour ce monde que j'avais voulu franchir depuis si longtemps. Mais la seule porte qui fut franchie, fut celle de ma cabine et par une personne dont je ne m'attendais pas.

Vous me suivez ou quoi?? sortez d'ici vous vous êtes trompé de cabine.
Je m'étais entendu dire ces mots, maitrisant chacune des syllabes et cela avait un effet libérateur, plus jamais personne ne m'imposerait le silence de mes opinions, ni sa lois, sa volonté de vouloir me faire obéir, me faire plier. Non. Et même si ça commençait par ce malotru, alors oui, je soutenais son regard et j'en était fière et une force que je ne me croyais pas posséder commençais à naître en moi. Du menton il me désigne un sac, que je n'avais d'abord pas vu et d'un rictus, qui me tape déjà sur les nerfs, il s'avance légèrement vers moi C'est amusant parce que, c'est exactement ce que j'étais en train de me dire. Je pris un air offusqué, fronce les sourcils il s'avance encore un peu plus vers moi, je recule d'un pas, lâchant un peu l'emprise de ma main sur la porte, il me crache alors la fumée au visage. Je tousse, grimaçant, il me faisait enrager, comment osait il? Pensait il sérieusement que j'allais partager ma cabine avec un ... avec un homme ??  Je ... Je ne vous permets pas de rester!!  Il semblait se contre ficher que je dise quoi que ce soit et pour confirmer mon impression, il retira carrément sa chemise devant moi. Dans une autre situation j'aurais surement rougit, me serait tournée, mais à cet instant là, si j'étais rouge, ce n'était pas de gêne mais plutôt de colère. Je claquais alors la porte et me planta devant lui mais il s'allongea alors sur la couchette du bas, tirant fièrement sur sa clope, et prenant ses aises, la situation ne le gênait pas le moins du monde.- Et puis ça tombe vraiment bien, je déteste voyager seul. Je bouillais, j'allais sans doute exploser. Il me jeta alors un bout de papier. Je le rattrapais au vol, prête à lui arracher les yeux. Qu'est ce que ... ? je reconnu alors le ticket d'embarquement et d'un ton de provocation je rétorquais, insolente Cela ne m'étonnerait pas que vous ayez mal lu... et jetant un regard dessus, je commençais à lire en ajoutant lentement, puisque je lisais en même temps Encore faudrait il ... que vous sachiez .... le mot lire s'étouffa dans ma gorge, il ne faisait effectivement pas d'erreur. Sa cabine était effectivement la même que la mienne, la A-13, un numéro qui allait sans doute pas me porter chance de toute évidence. Mais je ne devais pas me faire remarquer, alors puisqu'il était clair qu'il était dans son droit, je soupirais, releva le menton et déclarais entre mes dents serrées, les lèvres pincées .. on va devoir EFFECTIVEMENT ... cohabiter ..... Il tirait toujours sur sa cigarette, cohabiter avec un homme était déjà difficile, mais la cigarette ça il en était hors de question. J'ouvris alors le hublot et marchant d'un pas décidé sur lui, je lui fis un immense sourire et lui lâchais Vous supportez ok, mais la cigarette ça c'est NON et la lui arranchant d'entre ses lèvres et la jeta par le hublot, le ferma et frottant mes mains l'une contre l'autre, j'ajoutais d'un ton des plus naturelle possible Si vous voulez fumer ça sera dehors !! Et d'ailleurs ça tombe bien, je dois me changer, on m'attend en haut alors ... et lui adressant un sourire clairement forcé, j'ouvris la porte et l'invita à sortir ... n'hésitez pas à aller vous bousillez les poumons ... DANS le couloir!! Je le fixais sans sourciller, mon coeur allait sortir de ma poitrine tellement il battait fort de le défier comme ça. Si il voulait, il pouvait m'en coller une qui pourrait m’assommer pendant des heures, j'essayais de modérer ma respiration qui devait surement gonfler ma poitrine à travers ma chemise. Mais je ne devais pas me laisser faire donc je restais là, à le regarder sans un mot, appréhendant sa réaction.

 
css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Ven 12 Juin - 11:04


A la vue du billet, la jolie blonde semblait se crisper un peu plus et elle le saisissait fermement entre ses doigts en commençant à affirmer que Jared avait très probablement mal lu. Ce dernier avait refermé sa paupière, la cigarette toujours coincée entre les lèvres, pour croiser son autre bras derrière sa tête tandis qu'il gardait cette légère esquisse arrogante. Elle allait vite être déçue... Et ce fût le cas. Lorsque la jeune femme constatait en effet qu'ils avaient le même numéro de cabine, l'irritation dans sa voix ne s'en fit que plus intense et déjà, Red élargissait son certain sourire moqueur en coin, certain qu'elle ne tarderait pas à prendre bagages pour fuir l'ambiance électrique de la cabine.
Quelle merveilleuse idée... si la jeune femme en question n'avait pas été dotée d'un certain caractère marqué auquel Red ferait face bien plus vite que prévu. En effet, cette dernière soupirait lourdement avant qu'il ne l'entende avancer d'un pas ferme jusqu'à lui. Le blond avait à peine le temps d'ouvrir les yeux qu'il la sentait déjà retirer avec véhémence sa cigarette de sa bouche pour la jeter sans gêne par le hublot qu'elle refermait avant de se frotter les mains, insistant sur le fait qu'elle ne tolérerait que sa présence sans tabagisme. L'homme s'était redressé sur un coude, sourcils froncés, et il la daignait dans une désagréable surprise en plissant légèrement les yeux, silencieux. Alors qu'il s'apprêtait à la prévenir qu'il y avait certains gestes à ne pas se risquer envers lui, la jolie blonde le devançait en lui faisant comprendre qu'elle désirait se changer- visiblement attendue-, se déplaçant jusqu'à la porte pour l'ouvrir en lui intimant de ce fait de quitter la cabine dans un sourire des plus hypocrite.
Il est sidéré mais ne laisse rien paraître. Red l'a suivie du regard tout le long de son numéro et, à présent, ses yeux vifs et sceptiques sont totalement fixés sur elle alors que la jeune femme semble se forcer à maintenir une certaine attitude affirmée. Elle a du culot, il ne peut le nier mais, les circonstances ne l'amusent pas tellement. Si cette furie ne prenait pas d'elle-même l'initiative de changer de cabine, Jared serait forcé de l'y obliger et, la dernière chose dont il avait envie, c'était d'attirer l'attention. Aussi, dans une attitude toujours aussi calme et détachée, le blond se redressait en expirant lentement par le nez pour se relever, et avancer jusqu'au bureau où il avait jeté sa veste.

- Je suis touché que vous vous inquiétiez de ma santé, commence-t-il calmement en sortant son paquet de cigarette de la poche pour en porter une à ses lèvres, vraiment. il l'allume et recrache la fumée en se détournant vers le hublot pour l'ouvrir. Mais si on doit en effet passer cette lune de miel ensemble ma belle, il se tourne pour se caler contre la paroi afin de la regarder, une expression un peu plus froide dans les yeux, je vous conseille de ne plus tenter ce genre de connerie. A moins que vous préfériez nous suivre à la nage ?

Red avait terminé en appuyant sa question d'un léger haussement de sourcils, non-agressif mais, soulignant clairement des paroles qui n'étaient pas exagérées.
Sans réellement la quitter des yeux, le blond analyse brièvement l'attitude de la jeune femme qui lui fait face, et il est plutôt confiant. Il ne peut pas nier le certain éclat d'arrogance dans ses yeux d'eaux troubles mais, sa respiration appuyée ne trompe pas. Elle a un spasme de la mâchoire et Red esquisse de nouveau cet étrange sourire en se détendant pour avoir de nouveau l'air détaché. Il reprend d'une voix naturelle mais néanmoins légèrement malicieuse.

- Dans tout les cas, ne vous donnez pas tant de mal...

Red semble lui lancer un instant un regard de défi avant de se détacher du mur pour tirer lentement sur sa cigarette. Il fait un pas dans la cabine et s'approche à nouveau de son lit où il s’assoit en recrachant lentement la fumée dans un épais nuage.

- .. La vue d'une femme nue ne m'a jamais dérangé. il lui désigne le milieu de la pièce pour qu'elle s'avance, toujours dans ce léger sourire arrogant. Faites donc.



_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Ven 12 Juin - 14:00


Une cohabitation ... haut en couleurs?
La belle et ....

Il était devenue une évidence que j'allais devoir supporter cet individu dans ma cabine, supporter était vraiment le mot a utiliser. Ses manières étaient affreuses, dés le premier coup d’œil, je l'avais trouver rebutant et me retrouver à devoir vivre les semaines à venir en sa compagnie, allait être un veritable calvaire. Mais cela n'était rien à côté de ce que j'aurais du vivre si je m'étais marier, alors prenant sur moi, je fis l'effort de reprendre un minimum de décence et de calme, acceptant clairement que nous allions devoir cohabiter lui et moi. Mais il y avait des limites à ce que j'étais prête à supporter et le tabac n'en faisait pas partie.

J'avais pris mon courage à deux mains et lui avait arraché sa cigarette et l'avait jeté par le hublot, sachant pertinemment qu'il n'allait pas apprécier le geste mais il était hors de question que je m'écrase devant lui, il avait devant lui la nouvelle Ambre, Isabella comme le nom de mes nouveaux papiers indiquaient, Bella même comme m'avait appelé le chef d'équipage Ça sera plus rapide. M'avait il lancé en levant sa bière du comptoir avant de me donner le ticket pour pouvoir monter à bord, non sans éclater de rire en regardant ses collègues accouder tout comme lui. Je saisissais maintenant pourquoi ils étaient partis dans un tel éclat de rire, ils devaient tous savoir que j'allais me retrouver avec un homme dans la cabine.

Tenant la porte grande ouverte,  je fixais son regard clair qui ne regardait rien d'autre que le mien, je trésaillis légèrement, quand il se leva et s'avança pour prendre sa veste Je suis touché que vous vous inquiétiez de ma santé, pour glisser de nouveau une cigarette entre ses lèvres, je sens ma mâchoire se crisper, ma respiration se fais plus bruyante, je laisse glisser dans un murmure entre mes lèvres Vous êtes odieux, mon regard suit son geste de recracher ensuite la fumée par le hublot,  Mais si on doit en effet passer cette lune de miel ensemble ma belle,, je sens que ma colère monte. Notre lune de miel? Mais qu'est ce qu'il croyait ? J'allais rétorquer qu'il prenait ses rêves pour la réalité quand il ajoute je vous conseille de ne plus tenter ce genre de connerie. A moins que vous préfériez nous suivre à la nage ? Je me rends alors compte qu'il n'avait aucune intention de sortir, je repousse donc la porte, la laissant malgré tout entrouverte. Je lève les sourcils d'un air interrogateur, me demandant bien ce qu'il me ferait si je recommençais, lui souris, croise les bras décalant ma tête d'un mouvement sur le côté, je décide de le laisser terminer tout de même son petit manège sans tenter de dire quoi que ce soit. Je ne pouvais dissimuler ma rage qui montait en flèche mais si il croyait qu'il m'intimidait.... Il était peut être de ceux qui avait l'habitude de pouvoir faire taire les femmes en quelques mots, mais j'allais lui prouver qu'il était tombé sur un os avec moi. Je me mordis la lèvre sur les paroles qui suivirent Dans tout les cas, ne vous donnez pas tant de mal... je le suis du regard alors qu'il retourne s'installer s’asseoir sur le bord de son lit .. La vue d'une femme nue ne m'a jamais dérangé. .... Faites donc. déclare-t-il en me désignant le centre de la pièce. Décontenancée ? Oui bien sûre et j'étouffe tout de même un léger rire nerveux en baissant la tête et la relevant, je retourne sur lui et me retrouvant face à lui, je pose chacune de mes mains sur ses genoux, fixant mes yeux dans les siens, mon visage non loin du sien et je lui ris alors franchement au nez AHAHAH, je hausse les sourcils de nouveau Je crois qu'il y a quelque chose que vous n'avez pas non plus compris ... je marque une pause, scrute ses yeux, levant un sourcil, puis inclinant la tête de côté pour le détailler ensuite chaque centimètre de sa personne, ses vêtements, ses bras nus... prend alors une calme et longue inspiration et déclare d'un ton pausé, sans une once de tremblement ... vous avez peut être l'habitude de faire peur aux hommes avec vos menaces et de tomber sur des femmes qui vous obéissent au doigts et à l'oeil, mais sachez que je suis ni l'un et surtout que je ne suis pas ce genre de femme, alors oui on va devoir se supporter et en ce qui concerne votre fantasme de lune de miel .... je grimace en baissant mon regard, levant un sourcil et appuyant légèrement de chaque côté des genoux de mon nouveau compagnon de cabine ... calmez vos ardeurs, vous vous estimez un peu trop je pense... rétorquais je d'un ton ironique dans ma voix et en baissant franchement mon regard vers son entre jambe et le remontant lentement de nouveau pour le refixer, simulant clairement un sourire  ...on va devoir faire des concessions l'un ... comme l'autre  je fixe sa cigarette, la saisis de nouveau de mon pouce et mon index, la glisse entre mes lèvres, tire une latte, la laisse entre mes doigts puis me relevant la laisse tomber sur le sol et l'écrasant sur le sol en faisant pivoter mon pied dessus, je garde mon regard droit sur lui et ajoute d'un ton provocant Je suis loin d'être le genre de femme à me plier au bon désir des hommes et comme je viens de vous dire, je suis attendue sur le pont pour accueillir les passagers et donc je ne vais pas perdre mon temps à discuter avec vous de la décence d'un homme envers une femme, vous êtes clairement de ceux qui n'y connait rien ... alors si vous permettez.. et sans quittez mon regard du sien, je décroche les boucles de ma salopette en jean et retire ma chemise devant lui et laisse tomber le jean sur le sol et le repousse d'un coup de pied. Mon regard reste impassible. Je me retourne alors pour attraper la robe qui est sur le cintre accrochée au mur avec le logo du bateau. Je respire, je suis consciente que je me retrouve alors en tenue légère devant un homme et même si ce n'est pas la première fois, la colère et la gêne est un mélange bien étrange dans ce genre de situation. Je ne peux nier qu'un léger frisson me parcoure, je me cambre légèrement, mes orteils se crispent sur le sol en bois et il est d'une évidence que je dois être rouge de gêne. Mon attitude n'est clairement pas digne d'une dame de mon rang, mais je savais qu'en prenant la décision de quitter mon milieu, j'allais devoir faire face à des situations qui n'allaient pas être facile. Je me glisse alors dans ma robe, les mains légèrement tremblante et lui lance alors sur un ton de défis, mon regard se fixant sur la glace en face de moi ... Rendez vous utile au moins et venez me remonter la fermeture éclair...vous seriez... gentil, je relève le menton, mais serre les dents sur le dernier moi et essaye de calmer le rythme de ma respiration. J'attrape alors mes cheveux et les ramène vers l'avant, gardant mes deux mains sur les pointes pour les lisser tout en gardant mon regard fixé dans le miroir devant moi, je tourne légèrement mes yeux au travers pour observer sa réaction sur son visage.

 
css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Ven 12 Juin - 21:19

Red laissait un peu plus apparaître son léger rictus lorsque la jeune femme étouffait un rire nerveux à sa remarque. Lui proposer de se mettre nue devant lui si tôt suffirait à la faire déguerpir. Du moins, c'était ce qu'il pensait avant qu'elle ne repousse doucement la porte pour venir se planter devant lui en venant appuyer ses mains sur ses genoux. Alors qu'elle se penchait, le blond ne sourcillait pas, presque amusé par la situation, et il la laissait venir lui rire au nez comme si sa propre remarque le distrayait. Elle n'avait décidément pas envie de lui laisser le dernier mot et, tout était à son honneur en fin de compte. Red ne baissait pas un instant le regard et les fins yeux bleus de la jeune femme l'analysaient sans gêne tandis qu'il en faisait furtivement de même avec son visage pincé. S'il avait eut un minois comme le sien.. Red se serait bien abstenu de la ramener mais, visiblement, elle ne l'entendait pas de cette manière et lui faisait clairement comprendre qu'il n'agirait pas avec elle comme il avait apparemment l'habitude de le faire, remarque qui l'amusait d'autant plus sans qu'il la coupe.
Décidément, Jared était encore tombé sur la seule personne à bord de cet immense monstre des mers capable de bien compliquer ses plans. D'ordinaire, il avait tendance à vite régler le problème par quelques menaces qui, si elles n'étaient pas assez efficaces, prenaient tout simplement forme pour couper court au problème. Sans savoir pourquoi cependant, le blond se surprit à éprouver une certaine curiosité quant aux limites déjà excessives de la jeune femme et il se contentait de soutenir son regard d'un bleu profond pour l'inciter à totalement se laisser aller. Elle était excédée, c'était certain et il feintait d'être intéressé par ses propos vains en laissant s'échapper un léger rire dans un souffle lorsqu'elle s'attaquait directement à ses "capacités physiques". Sur ce coup, elle mettait probablement le pied sur un terrain glissant mais, Red ne lui en tenait pas rigueur, gardant ce faible rictus en coin lorsqu'elle venait saisir de nouveau sa cigarette pour fumer dessus.

- Quel gâchis pour de si beaux poumons. lui glissait-il en désignant sa poitrine.

Mais la jolie blonde ne se démontait pas et elle laissait tomber la cigarette au sol pour l'écraser tout en lui indiquant qu'elle n'était pas prête à se plier à ses volontés, ce à quoi Red se contentait de répondre en levant les yeux aux ciel pour se caler en arrière sur ses coudes, d'hors-et-déjà convaincu que la crise d'hystérie ne tarderait pas à pointer.
Pour souligner son exaspération, Jared laissait s'échapper un soupire las en roulant de nouveau ses yeux sur la jolie blonde mais, à sa grande surprise, elle se redressait soudainement sans le quitter de ses yeux foudroyants pour dégrafer la salopette en jean dont elle était vêtue. Dès lors, il perdait automatiquement son sourire arrogant. Red restait immobile sur ses coudes mais, un certain étonnement intéressé se lisait parfaitement dans son regard et ce dernier était alors totalement fixé sur la jeune femme qui entreprenait de déboutonner sa chemise.

Il ne déglutît pas. Il sait se contenir, cependant, la vue qu'elle propose de lui offrir lui ôte toute désinvolture pour ne plus dégager qu'une attitude des plus attentive et Red redresse très légèrement le menton pour la scruter alors qu'elle se détourne pour lui tourner le dos.
Inconsciente, pense-t-il. Mais ce n'est pas tant un reproche, bien au contraire... Alors qu'elle attrape la robe déposée là sur un cintre, le blond penche doucement la tête sur le côté afin de profiter de la vue plus que délectable qu'elle lui offre et une imperceptible esquisse apparaît au coin de ses lèvres. Oui... c'est clairement le genre de chose qui peut le déconcentrer en mission et, non sans perdre cette certaine expression satisfaite, Red se mord doucement la lèvre inférieure en détournant le regard alors qu'elle lui offre une pleine vue sur sa parfaite chute de reins en enfilant la robe.
Il soupire pour se redonner une certaine assurance.
Elle cherche vraisemblablement à le déconcerter mais, Red aurait plutôt tendance à répondre de son sang chaud, ce dont il s'abstient lorsqu'il l'entend à nouveau d'adresser à lui d'une voix sèche alors qu'elle lui demande de l'aider à fermer sa robe. Il la daigne un instant en silence, comme si elle l'amusait, puis la détaille avec attention de la tête aux pieds en même temps qu'il saisit son stratagème plutôt... attractif.
Elle est maline. Jolie et futée. Un peu trop dans ce décors factice. Il reste cependant mystérieux et se redresse du lit en silence pour avancer juste derrière elle alors qu'elle scrute dans le miroir. Il évite  tout contacte visuel.

- J'espère que vous ne leur réservez pas le même accueil autrement, on risque d'être vraiment serrés dans cette cabine... , il pose doucement une main sur sa taille pour venir saisir de l'autre l'attache de la fermeture, .. Mais je ne serais pas étonné que ça soit volontaire de votre part.  

Jared s'est volontairement arrêté tout prêt d'elle et il entreprend de remonter lentement la fermeture éclair en suivant son geste de ses yeux attentifs.

- Parce qu'au risque de vous décevoir, je connais les femmes sous tous leurs charmes, autant que je les admire. poursuit-il en se risquant un regard assuré dans le reflet dans la jolie blonde. Alors je suppose que je suis immunisé, un truc comme ça et, je doute vraiment que vous cherchiez à faire de moi votre ennemi. Je me trompe ?

Il lui offre un léger sourire cynique avant de rebaisser ses yeux sur sa main qui termine de fermer sa robe mais ne retire pas l'autre de sa hanche.
Les petites combines de femme avisée, il en connaissait un rayon. Après avoir vécut presque quinze ans au milieu d'une dizaine de putains aux revendications plus que chimériques, le blond avait apprit qu'une seule femme était capable du pire, et pour peu. C'est pourquoi il n'adoptait en aucun cas une attitude hostile, se montrant même très délicat alors que ses doigts relâchaient la fermeture éclaire pour venir ramener doucement ses longs cheveux blonds dans son dos.
Il poursuit naturellement sans quitter ses yeux dans le miroir.

- Et puis entre nous, vous me sous-estimez un peu trop je pense..., lui glisse-t-il à l'oreille tandis que sa main libre effleure sa silhouette.

Red s'arrête cependant là, affichant un léger air enchanté et malicieux, avant de se détacher pour reculer d'un pas, satisfait. Il pouvait presque la sentir frémir et il croisait dès lors ses bras sur son torse en penchant légèrement sa tête sur le côté pour continuer à scruter son reflet, intrigué.
Il soupire.

- Je suis tout de même étonné que personne n'ait tenté de vous dompter afin de faire taire cette jolie bouche, il la désigne du menton, Elle vous fait terriblement défaut. termine-t-il, non sans un malicieux rictus discret.



_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Lun 15 Juin - 13:53


Une cohabitation ... haut en couleurs?
La belle et ....

Si il y avait bien une chose qui la mettait hors d'elle, c'était bien ce genre gars. Fier, odieux, imbue de lui même, profitant de son aspect physique pour intimider les gens , il y a encore quelques jours elle se serait laissé dicter sa conduite, baissant les yeux et serrant les dents jusqu'à ce que ça passe. Mais en posant le pied sur ce navire, elle avait décidé de ne plus taire sa véritable nature et qu'importe qu'on lui fasse remarquer que ce n'était pas "digne" d'une femme de son rang et de sa qualité, c'est pour cela qu'au lieu de prendre une place passager, elle s'était arrangée pour être qu'un simple membre d'équipage. Cela lui laisserait le loisir de faire ce que bon lui semblait et personne n'en serait étonnée. Elle avait choisi une nouvelle vie et cette nouvelle vie commençait ici, dans ce bateau, dans cette cabine et manque de chance pour ce blond, il allait recevoir 24 années de caractère étouffé et ce n'était pas parce qu'il n'était pas habitué qu'on lui résiste qu'elle allait lui céder, sous prétexte qu'elle était une femme.... Elle jetait un coup d'oeil dans le miroir ... Rendez vous utile au moins et venez me remonter la fermeture éclair...vous seriez... gentil , elle ne le quittait pas des yeux, la tête haute, cambrée, jouant avec ses mèches de cheveux qu'elle avait ramené vers l'avant, jaugeant sa réaction. Elle esquissa un sourire discret, passant sa langue sur sa lèvre inférieur quand il se leva, sa remarque sur ses "poumons" l'avait si brièvement déstabilisée qu'elle n'y pensait presque plus . Elle le détailla alors qu'il s’avançait vers elle, évitant de croiser son regard... la détaillant, elle se laissa regarder, flattée, sa petite scène était pas innocente, alors elle devait bien s'attendre à ce qu'il en profite et mieux vaut qu'elle lui soit agréable, plutôt que l'inverse, cela pourrait toujours servir qui sait....J'espère que vous ne leur réservez pas le même accueil autrement, on risque d'être vraiment serrés dans cette cabine... Il posa sa main sur sa taille, elle se força à se maitriser pour ne pas laisser son corps répondre à son geste. Malgré la douceur qu'il employait, sa main était sûre et ferme, elle ne pouvait le nier que c'était ... intéressant.. Mais je ne serais pas étonné que ça soit volontaire de votre part.  Sa remarque la piqua dans sa fierté et elle rétorqua d'un ton sec, fixant son reflet dans le miroir  Mesurez vos insinuations Monsieur, je ne suis pas femme à m'offrir à tout va..., elle attrapa alors les gants qui dépassaient de la veste déposée sur le dossier de la chaise près d'elle, puis souriant discrètement d'un air amusé, elle ajouta avec un ton un peu effronté .. mais ne soyez pas jaloux, il n'y a que devant vous que je laisserais tomber mes vêtements ... Elle se tut alors qu'il remontait sa fermeture éclair, arrêtant de respirer, la douceur de son geste faisait contraste avec son physique sauvage, elle s'avoua surprise mais resta impassible. Rassurant? Agréable? Elle resta immobile, sentant sa robe épousée parfaitement les courbes de son corps au fur et à mesure qu'il remontait la fermeture éclaire le long de sa colonne vertébrale. Cette petite scène ne la laissa pas indifférente, mais elle s'efforça de ne rien laisser paraître, entrouvrant sa bouche pour ne laisser passer qu'un maigre souffle et ne pas se laisser aller. Parce qu'au risque de vous décevoir, je connais les femmes sous tous leurs charmes, autant que je les admire. Elle leva les yeux au ciel Quelle surprise!  railla t elle en gardant son regard dans le sien Alors je suppose que je suis immunisé, un truc comme ça et, je doute vraiment que vous cherchiez à faire de moi votre ennemi. Je me trompe ? Elle ne le quitta pas des yeux, s'efforçant de ne pas laisser paraitre que sa main posée sur elle lui faisait un effet non négligeable, car même si il essayait de pas laisser paraître sa timidité pour se faire passer pour une femme commune, elle restait une femme que le contact masculin causait son petit effet. Elle souleva alors les sourcils et le détaillant quelques secondes, elle déclara simplement ... et je vous répondrais simplement que ce n'est pas parce que je suis une femme que je suis forcément inoffensive, je doute être le même genre de femmes que vous ayez déjà connu ...., ses yeux ne clignèrent pas, elle allait soutenir son regard jusqu'au bout, des gars comme lui, elle allait en rencontrer et en côtoyer sur le bâteau, alors autant apprendre à les gérer dés le départ. Elle savait qu'elle jouait avec le feu en le provoquant de la sorte, qu'il pourrait la briser à tout moment mais c'était plus fort qu'elle, elle adorait ça pouvoir dire ce qu'elle pensait. Lorsqu'il lui décocha un sourire, elle se détendit légèrement, rassurée malgré tout. Elle sentit alors sa main qui terminait sa course en haut de son dos pour ensuite lui ramener sa chevelure dans le dos, sa main lui frôla l'épaule, elle tourna alors légèrement la tête vers lui. Et puis entre nous, vous me sous-estimez un peu trop je pense... Il glissa ces mots en lui effleurant l'oreille et toute la maitrise d'elle qu'elle avait réussit à canaliser depuis qu'il était près d'elle commença à s'effondrer, son souffle s’accéléra et un frisson lui parcouru d'un coup tout le dos en remontant jusqu'à sa nuque, bien heureusement pour elle, il se recula au même instant et elle porta sa main sa poitrine, simulant d'ajuster son corsage, elle lui sourit et lui déclara d'un ton cette fois ci un peu moins assuré, les lèvres pas loin de trembler merci puis faillit baisser le regard Je suis tout de même étonné que personne n'ait tenté de vous dompter afin de faire taire cette jolie bouche... bien que quelques secondes plus tôt, elle avait baissé sa garde, sa remarque, la vexa , il était odieux...  Elle vous fait terriblement défaut. Elle resta quelques secondes sans dire un seul mot puis, lentement, elle se retourna, face à lui, lui décochant un immense sourire ... oui comme vous dites....personne n'a réussi à me "dompter"...   elle appuya avec assurance sur mot dompter et commença a boutonner les 5 boutons de son corsage, sans le quitter son regard bleu du sien, et ajouta mais rassurez vous... on a essayer.... mais comme vous voyez, pour ce que ça a servi
elle marqua une courte pause, s'avança des quelques centimètres qui les séparait, jouant avec le haut de son corsage, elle baissa son regard vers sa bouche et d'un ton moqueur ... mais vous pouvez toujours essayer... par contre ... j'espère que vous êtes bon joueur son regard passait de sa bouche à ses yeux et c'est alors qu'elle posa sa main sur son torse et approchant à son tour sa bouche de son oreille elle lui déclara avec une voix bien plus douce que depuis qu'elle avait commencé à échanger avec lui ... car ils ont tous perdu et vous perdrez également .... elle fit remonter ses doigts jusqu'à son visage et lui effleurant alors doucement son menton de son index, elle se remit face à lui .. alors autant vous faire à l'idée qu'il faudra vous habituez à moi telle que je suis..

css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen



« You might be afraid for your life »
♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 32
♆ âge du personnage : 32 ans.
♆ métier : Ouvrier Mécanicien- Chien de la Mafia
♆ statut marital : I'm running free

« Il se peut que les choix que nous faisons nous amènent un jour à prendre conscience que nous sommes mortel. »


MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Lun 15 Juin - 18:28

Nul doute. Red n'était pas tombé sur l'un des innombrables moules de bienfaisance et autres charitables consciences dont regorgeait cette ville et, majoritairement ce bateau. Il avait beau se montrer courtois, la jeune femme aux magnifiques prunelles d'eaux troubles n'en décelait pas moins ces quelques piques auxquels elle répondait avec tout autant de tact. Un challenge plutôt appétissant aux vues des courbes astucieuses qu'elle lui offrait dans une certaine taquinerie, et dont il n'omettait aucun détail; Jared ne pouvait le nier, la jolie blonde avait tous les arguments pour être en droit de dévoiler son corps quand bon lui semblait.
Cependant, outre la constatation d'une cohabitation qui risquait d'être fort tentatrice pour lui, l'homme devinait également qu'elle prenait soin à souligner son total affranchissement en ce qui concernait les positions qu'elle campait, et qui s'accordaient efficacement à son tempérament marqué. Sa vanité n'était pas hautaine. Elle était audacieuse et spontanée et, Jared pouvait presque sentir toute l'adrénaline qui se dégageait de sa silhouette élancée alors que la jeune femme avançait d'un pas pour planter son regard clair dans le sien, impassible mais intéressé.
Il ne regarde pas ses mains lorsqu'elle joue minutieusement avec son corsage ajusté, il sait qu'il tendrait une ouverture aussi, Red se contente de soutenir son regard dans une légère expression attentive et amusée, particulièrement interpellé par les propos qu'elle tient dans une habile sournoiserie. La jolie blonde lui fait clairement comprendre qu'il se frotte à un défi de taille et, Jared baisse doucement ses yeux avisés sur la main qu'elle vient poser contre son torse. Il réprime un frémissement et n'a pas le temps de se reconcentrer sur elle que la jeune femme vient déjà l'inciter à se ruer sur sa perte d'une voix des plus naturellement sensuelle à l'oreille, tout en venant titiller le frisson qu'il abdique à laisser filer lorsqu'elle glisse lentement ses doigts sur sa peau.

- Ne me tentez pas, je suis déjà conquis. souffle-t-il sur un même ton faussement aguicheur en roulant les yeux au ciel.

Red détourne volontairement le regard le temps de cette remarque. S'il décèle une autre tentation dans le sien, il sait qu'elle risque d'être surprise par la réactivité de son sang chaud. Aussi, il ne perd pas pour autant son assurance innée et, le blond se contente d'esquisser un léger sourire en coin en la scrutant de nouveau alors qu'elle le prévient qu'il devra faire avec ce qu'elle est, que ça lui plaise ou non.
Touchante. Si bien que Red décide d'entrer dans son jeu en restant des plus impassibles sans être froid. Il redresse légèrement la tête pour la dominer de son regard perçant en penchant de peu son visage sur le côté.

- En effet, je serais dément de céder à une cause perdue par simple orgueil. commence-t-il naturellement. Après tout, je ne suis qu'un homme. Et je ne mérite sûrement pas votre gracieuse considération.

Son esquisse laisse clairement paraître un certain rictus retenu et Red fait un pas pour la dépasser, s'arrêtant juste à son épaule pour se pencher légèrement sur elle, les bras toujours croisés sur son torse, remontant simplement une main sur son propre menton pour le pincer doucement à travers sa toison d'or.  

- Vous n'êtes donc pas forcée d'user de tant d'animosité si vous désirez me voir nu, son esquisse s'accentue, il vous suffit de le demander.

Une fois certain de l'effet de ses paroles aux sous-entendus plus qu'évidents, Red se redressait comme si de rien était pour passer derrière elle et la juger des pieds à la tête dans une certaine satisfaction non-dissimulée. Il ne s'arrêtait cependant pas là, continuant de traverser la cabine pour avancer jusqu'à la porte tout en reprenant d'une voix naturelle mais plus sérieuse.

- Pour le reste, je dois beaucoup aux femmes que j'ai connu, et qui m'ont élevées. il s'arrête une fois face à la porte sans lui faire face, une expression plus que sûre, Elles m'auront au moins apprit à ne pas succomber aux traîtrises d'un charmant minois.

Et Red savait de quoi il parlait, puisqu'il avait vécu la moitié de sa vie avec des maîtresses dans l'art de la manipulation et de la domination. Mais là n'était pas la question, et le jeune homme doutait aussi fortement que la jolie blonde soit rassurée d'apprendre qu'elle partageait ses quartiers avec la vermine d'une putain.
Jared se tournait donc dans une attitude toujours aussi détendue, puis il ouvrait la porte pour venir y appuyer doucement son épaule alors qu'il capturait de nouveau son regard du sien.

- Vous êtes attendue, il me semble.. ?

Le blond appuie sa question d'un léger haussement de sourcil afin de lui indiquer qu'elle est libre de s'en aller. Même si l'échange l'intrigue au point qu'il serait bien tenté de la chercher encore un peu, Red sait qu'il doit également commencer à dissimuler les armes discrètes qu'il a réussit à faire rentrer, en commençant par sécuriser la cabine. De plus... malgré ses grands airs, la jolie plante ne semblait pas totalement contre le fait de partager sa chambre avec Jared et, ce détail n'échappait à ce dernier, conscient qu'il aurait toute les occasions d'en apprendre un peu plus sur le personnage haut en couleur qui s'imposait d'une façon intéressante à lui.





_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atramenta.net/lire/million-miles-away/51238
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Mar 16 Juin - 0:39


Une cohabitation ... haut en couleurs?
La belle et ....

Ambre était un prénom qu'elle n'avait jamais aimé et quand elle avait pris la décision de s'enfuir, laissant derrière elle, sa famille, sa vie, sa fausse personnalité, il était devenue une évidence qu'elle laisserait également son identité. Ambre était une jeune femme de bonne famille, courtoise, avec une éducation parfaite, rendant ses géniteurs fiers d'elle par chacune de ses paroles, de ses gestes, faisant tout ce dont on attendait d'elle, souriant à ses interlocuteurs quelque soit les conversations qu'elle partageait, approuvant, riant. Oui c'était une vie contrôlée, un rôle qu'elle devait jouer, un rôle qu'elle avait parfaitement bien remplie jusqu'à présent, mais quand vous sentez qu'au fond de vous, une énergie gronde continuellement en vous et que vous devez mainte et mainte fois la faire taire, un jour, vous ne pouvez plus, vous vous regardez dans le miroir, la brosse à la main, entendant encore résonner les dernières paroles de votre père, vous annonçant que vous deviendrez bientôt la futur épouse d'un homme que vous n'avez jamais vu. Vous posez la brosse et vous fixant dans le miroir vous vous entendez, vous vous voyez dire "non, il suffit", vous venez de vous levez de votre tabouret de velours raffiné, il est tombé sur le sol et le regard froncé, vous vous retournez et d'un simple coup d'oeil vous regardez autour de vous, vous vous dirigez près de votre boite à bijoux, mettant de côté ceux qui sont les plus luxueux et lui permettront d'être enfin celle que vous avez toujours été. Ambre deviendra Isabella.

Quelques billets bien distribués aux bonnes personnes et la voilà, Isabella, conservant l'initiale de son ancienne vie. Bella comme elle allait se faire nommer et donnant enfin libre court à ses paroles, ses envies qui étaient depuis toujours étouffées par les convenances qu'on lui obligeait de suivre.

Puis il est là, le premier défis de sa nouvelle vie. La provoquant, cherchant à ce qu elle reste une femme de son époque, pensant que ses manières de dominant allait la faire devenir aussi douce et soumise des femmes qu'ils semblaient côtoyer depuis toujours. Etait ce ainsi qu'il voyait leur "cohabitation"? Le pauvre homme. La vie qu'il avait vécu jusqu'à maintenant avait du être bien trop facile pour lui, et oui, il était tombé sur un os. Elle. Et plus il faisait le prétentieux et plus elle prenait un malin plaisir de laisser sa véritable nature prendre possession de sa nouvelle manière d'être. Le charmer avait été si naturelle, amusant. Provoquer un homme, elle ne l'avait jamais fait et elle trouvait ça plutôt libérateur, jouer avec ce que le seigneur lui avait donner pour essayer de le déstabiliser lui donnait un plaisir qu'elle n'aurait jamais pu ressentir et plus il se contrôlait et plus elle trouvait le défis excitant. Car oui elle était là pour refaire sa vie, comme elle l'entendait et de la manière qu'elle voulait et tant pis si les gens autour d'elle trouvait ça choquant.

Qu'elle cesse de le tenter car il était déjà conquis ? disait il , oh dieu du ciel, oui elle le tentait et elle le faisait avec un tel plaisir, un tel naturel, amusé de jouer avec lui, de se laisser aller à son bon plaisir, jouissant de la vue qu'il lui offrait et qu'elle lui avait dévoilé. Mais elle ne pouvait nier qu'il ne la laissait pas indifférente, ce n'est pas tant la personne qui lui causait ses frissonnements mais l'homme en lui même, ou bien les deux, elle avoue être un peu perdue. Face à elle un instant, il ajoute avec une ironie flagrante qu'il doute de pouvoir être le genre d'homme qui l’intéresserait. Elle ne dit rien, se pince la lèvre avec les dents, sornette se dit elle et alors qu'il passe à côté d'elle, il s'arrête à sa hauteur et lui déclare qu'il n'est pas nécessaire de faire tout ce petit manège si elle souhaite le voir à son tour dans son plus simple appareil. Elle entrouvre la bouche, il est clair dans ses propos et ses joues se colorent involontairement mais ce n'est pourtant pas cela qui va la rendre muette, puis il poursuit et se dirige vers la porte, lui expliquant que les femmes de son passé lui ont appris à ne pas se laisser embobiner par les charmes féminin et se tournant de nouveau face à elle, il lui rappelle qu'elle est attendue. Durant un instant elle avait oublié ce petit détail, ce petit moment en sa compagnie l'a ravie. Elle acquiesce, se tournant de nouveau devant le miroir, lisse sa robe, ajuste son corsage et ramène de nouveau ses cheveux vers l'arrière puis souris d'un air approbateur.

Elle se retourne alors vers lui, prenant une grande inspiration et attrapant un élastique dans son sac elle attache ses cheveux en queue de cheval en lui déclarant d'un ton clair et calme.  Il est amusant comme vous pouvez à la fois vous sous estimez et la seconde d'après vous ... sur estimez... vous voir nu? ... elle exclame un rire forcé et ajoute en le regardant droit dans les yeux, relevant le menton à son intention ... je ne suis pas du genre à demander mais plutôt à... , elle marque une petite pause pour attraper sa veste sur le dossier de la chaise et s'avance alors vers lui, se plantant de nouveau devant lui, cela lui plait de se retrouver en face lui, sentant son souffle sur son visage, détaillant son regard clair et sa bouche charnue, elle s'approche alors plus près de lui et ajoute en murmurant en riant doucement d'un ton provocateur oui plutôt à me servir et elle baisse son regard directement, et franchement vers son entre jambe, levant un sourcil. Elle sourit le remonte et lui effleurant l'oreille de sa bouche en ajoutant, laissant échapper un léger souffle sur son oreille et change de ton, employant une voix claire, totalement en opposition au murmure juste avant   Oui c'est vrai vous avez raison... je suis attendue , elle lui lance un clin d'oeil et pose sa main sur l'encadrement de la porte et s'exclame en riant ... Et attendez moi avant de faire tomber VOS vêtements... amusez vous bien   et alors qu'elle s'élance dans le couloir, elle rebrousse soudain chemin, retourne vers sa cabine et passant sa tête dans l’entrebâillement de la porte, elle lui déclare gaiement Au fait moi c'est Bella... vous me direz votre petit nom tout à l'heure et lui relance un clin d'oeil avant de repartir aussi vite que l'instant d'avant.  

css made by kusumitagraph | lorelei sebasto cha

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre titanic
avatar

is talking to you
you better listen




♆ j'ai embarqué le : 08/06/2015
♆ j'ai beaucoup parlé : 71
♆ âge du personnage : 24 ans
♆ métier : hotesse de bord
♆ statut marital : célibataire

MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    Sam 20 Juin - 11:16

RP TERMINE

_________________
Bella
La vie ne sert à rien d'être vécu si elle n'est pas vécu passionnément et en total accord avec soi même...  ©️ Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
is talking to you
you better listen




MessageSujet: Re: Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Cabine A-13 - cohabitation ... haut en couleurs? (pv Red)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Rainbow Brite] Blondine et ses amis haut en couleurs !
» Arrêt pipi haut en couleurs
» Challenge "HAUT EN COULEURS"
» [Argrom] Mes Haut-Elfes
» recherche icones en couleur sur le haut de l'écran d'acceuil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TITANIC ♆ Let's make history :: The Atlantic Ocean :: RMS Titanic :: Installations des 3rd Class :: Cabines-